Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le beurre d’Échiré colle à l’histoire

Chaque semaine, nous vous proposons de découvrir un produit typique de chaque département de la Nouvelle-Aquitaine. Aujourd’hui, le beurre d’Échiré.

Dès son arrivée à la laiterie, la crème mature pendant 18h. Le barattage dure ensuite 2 h 30, une transformation lente « qui assure une texture souple et fondante ainsi qu’un goût aux arômes de noisettes ».
Dès son arrivée à la laiterie, la crème mature pendant 18h. Le barattage dure ensuite 2 h 30, une transformation lente « qui assure une texture souple et fondante ainsi qu’un goût aux arômes de noisettes ».
© A.F.

«Échiré a un château, le château Salbart, construit par Mélusine, mais surtout, Échiré a un beurre qui est le meilleur du monde ». Cette affirmation émane de Robert Courtine, un critique gastronomique d’influence de la deuxième partie du XXe siècle. Une réputation de beurre d’excellence ancrée dans l’histoire de ce produit, qui a remporté le premier prix de l’exposition universelle de Paris dès 1900, soit seulement une petite dizaine d’années après la naissance de la laiterie. « La notoriété d’Échiré s’est basée sur la qualité, indique Denis Roquier, le responsable de fabrication. C’est un discours courant aujourd’hui mais ce n’était pas du tout le cas à l’époque. Delphin Sagot était un précurseur ».


Aujourd’hui, la fabrication du beurre d’Échiré respecte les codes d’il y a un siècle. « Bien sûr, il y a eu une évolution technologique et des contraintes sanitaires qui ont fait évoluer le processus mais la fabrication reste traditionnelle, en baratte, pour coller au plus près à l’histoire de ce beurre », précise Denis Roquier. La laiterie doit ainsi obtenir une dérogation spéciale pour utiliser les deux barattes présentes dans les locaux, d’une contenance de 950 kg de beurre chacune « et qui permet de garder la texture d’origine du beurre ». Un soin tout particulier est également apporté au temps de maturation et au processus discontinu de fabrication. « Plus c’est long, mieux c’est », certifie Denis Roquier

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un animal a été abattu pour la première fois dans un abattoir mobile

« Une première bête a été abattue (le 25 février) dans un abattoir mobile en Loire-Atlantique », annonce Nicolas Girod, porte-…

Le fumier des volailles fertilise le sol à la place de la chimie
Interpellé, Kévin Pineau a présenté son projet aux riverains inquiets. Il aurait apprécié pouvoir échanger sur la création de son…
Le repas végétarien dans les cantines, un péril pour les éleveurs ?
Depuis le 1er novembre, les restaurants scolaires sont tenus de proposer un repas végétarien par semaine. La mesure,…
Machin'Agri79 Saison 1 #épisode1

Épisode N°1 de la série Machin'Agri, réalisé avec Honoré Sarrazin d'AgriCom' France.

« Alors osez faire œuvre de transparence, la confiance reviendra »
Les agriculteurs doivent expliquer comment ils travaillent et comment  ils prennent en compte leur environnement naturel et…
Les couverts végétaux pour moins de nitrates dans l’eau
Les syndicats d’eau potable des Deux-Sèvres organisent des rendez-vous des couverts végétaux dans le cadre de Re-Sources, le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 12.42€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri Informations 79
Consultez le journal Agri Informations 79 et une revue Réussir au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Agri Informations 79