Aller au contenu principal

Caprins
Le bon foin pour les chèvres au bon moment

Identifier les foins récoltés selon leur qualité pour les redistribuer en fonction des besoins.

Les huiles essentielles en élevage peuvent être utilisées à des fins thérapeutiques ou en tant que compléments alimentaires.
© DR

Il est important de caractériser les foins récoltés. Cela permettra de stocker au mieux les bottes, afin que les bonnes bottes soient accessibles au moment voulu de l’année. Les identifier avec un marquage (filet de couleur, pancarte...) est important. Dans l’idéal, il faut distribuer de bons fourrages en fin de gestation (du tarissement à la mise bas), afin de maintenir la panse, tout en couvrant les besoins d’un animal dont la capacité d’ingestion est en baisse. Il faudra veiller à apporter un foin riche en énergie, appétent et qui fait ruminer. Une 2e ou 3e coupe de luzerne, en s’assurant de la consommation des tiges, ou une 1ere coupe de RGI précoce, faite par beau temps en début d’épiaison, conviendra à cette période où « ma panse, j’y pense ! ». Au début de la lactation, il faudra poursuivre avec ces fourrages, en augmentant évidemment les quantités distribuées. Un stock suffisant de ce bon foin est donc à prévoir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité