Aller au contenu principal

Marché au cadran
Le cadran, un nouveau souffle pour l’activité bovine à Parthenay

Mardi 29 mars a eu lieu le premier marché au cadran de Parthenay. Un nouvel outil qui fait parti du grand programme de rénovation de la halle commerciale de 2009 à 2011.

Deux cents bêtes ont été mises en vente pour la première du marché au cadran. Une quinzaine d’acheteurs étaient présents.
Deux cents bêtes ont été mises en vente pour la première du marché au cadran. Une quinzaine d’acheteurs étaient présents.
© DR

Installé dans la cabine qui surplombe l’amphithéâtre et le ring de présentation des animaux, Michel Robert mène de main de maître la vente aux enchères. Derrière son tableau de bord informatique, micro à la bouche, le chef des ventes, en prestation de services pour la SAS Le Marché de Parthenay, annonce la mise à prix de l’animal présenté. Les acheteurs, face au ring, font grimper les enchères par simple pression sur les boutons du « cliqueur », un boîtier électronique retiré lors de l’inscription à la vente. « Généralement, juge l’expérimenté chef d’orchestre, les prix du marché au cadran sont supérieurs à ceux pratiqués sur le marché de gré à gré. Nous sommes ici dans le cadre d’une vente dynamique qui stimule les prix. » Les enchères clôturées, l’éleveur est libre d’accepter ou de refuser la vente.Lancée mardi 29 mars, la vente au cadran est une prestation de plus développée par le Marché de Parthenay en vue de maintenir sa fréquentation. Au cours des trois prochains mois - période de la phase expérimentale - tous les quinze jours, une journée avant le traditionnel rendez-vous du mercredi, les acheteurs renchériront pour enlever les animaux ou lots d’animaux qui les intéressent. « Dans un premier temps nous ne commercialiserons  que des bovins maigres », explique Stéphane Juin, Gérant de la SAS Le Marché de Parthenay.  Pour intéresser largement, la SAS a doté cette plateforme commerciale d’un paiement sécurisé. La structure sert d’intermédiaire. L’acheteur paie au marché qui paie au vendeur. Une garantie pour les acheteurs. Une prestation qui, développée sur le marché aux agneaux, séduit largement. Cette nouvelle installation s’inscrit dans le projet de rénovation de la plateforme commerciale (2009 à 2011). 1,5 million d’euros aura été investi dont 250 000 euros consacrés à la mise en œuvre du marché au cadran.

Financement

Apporteurs et acheteurs contribueront au fonctionnement du marché. En effet,1,55% du prix hors taxe de la vente sera versé à la SAS par le vendeur. L’acheteur contribuera à hauteur de 0,95%.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Influenza Aviaire, Deux-Sèvres, Augé
Grippe aviaire : le sud-ouest des Deux-Sèvres concerné par des mesures de prévention
Le virus hautement pathogène H5N8 a été détecté le 20 octobre sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas. Pour limiter les risques d…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Plombier, il arrête tout pour reprendre la ferme de son père
Mathieu Moreau, plombier chauffagiste depuis quinze ans, a eu un déclic pendant le confinement : c’est peut-être à lui de…
Publicité