Aller au contenu principal

Le calcul d’un indicateur de prix de revient validé

Interbev a validé la méthode de calcul d’un indicateur de prix de revient en viande bovine.

© N.C.

La méthode de calcul qui a été validée par les représentants de la section bovine d’Interbev le 31 janvier est basée sur le réseau Inosys. Déjà validée par l’Observatoire de la formation des prix et des marges, elle est qualifiée de robuste par le médiateur des relations commerciales agricoles lui-même.

Le calcul établit l’indicateur de prix de revient (en l’appliquant par exemple aux chiffres de la conjoncture du second semestre 2017) à 4,64 €/kg carcasse pour une vache allaitante, 5,08 € pour une génisse, 4,50 € pour un jeune bovin et 3,08 € du kilo vif pour un broutard.
Pour chaque catégorie, l’indicateur sera réactualisé tous les six mois pour prendre en compte l’évolution des charges des éleveurs (indice Ipampa). Une fois par an, il sera également réactualisé au regard des évolutions des soutiens de la Pac.

La première étape franchie, il faut maintenant, et de façon concrète et opérationnelle, construire une contractualisation avec une formation du prix en marche. Il appartient désormais aux acteurs économiques (coopérative et privé), dans le cadre de leurs négociations commerciales, de définir la méthode d’élaboration du prix s’appuyant sur cet indicateur pour prendre en compte le prix de revient des éleveurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité