Aller au contenu principal

Le cancer de la prostate dans la liste des maladies professionnelles

Julien Denormandie a confirmé qu’il prendra un décret pour reconnaître le cancer de la prostate lié aux pesticides comme maladie professionnelle.

© Capture d'écran LCP

Le ministre de l’agriculture Julien Denormandie a confirmé le 20 octobre au Sénat, durant la séance de questions au gouvernement, que le cancer de la prostate lié aux pesticides sera bientôt reconnu maladie professionnelle. « Je vous l’annonce : oui, je prendrai le décret, conformément à l’avis de la Cosmap, permettant d’établir ce tableau de maladie professionnelle », a-t-il déclaré sans pour autant annoncer d’échéance. Il a précisé que cette reconnaissance vaudra « pour ceux qui utilisent des pesticides à des fins professionnelles ».

Le locataire de la rue de Varenne suit ainsi l’avis de la Commission supérieure des maladies professionnelles en agriculture (Cosmap) émis le 12 octobre. Ce jour-là, les associations de victimes, organisations patronales et salariales qui siègent à la Cosmap ont voté à l’unanimité en faveur de la création de ce nouveau tableau de maladie professionnelle au régime agricole.
 

Une reconnaissance dès cinq ou dix ans
 

Les conditions de la reconnaissance restent cependant à définir par le gouvernement, alors qu’elles cristallisent des désaccords entre les partenaires sociaux. D’un côté, l’association Phyto-victimes, la CR, la Conf’ et plusieurs syndicats de salariés (FGA-CFDT, FNAF-CGT, FGTA-FO) veulent une reconnaissance de la maladie dès cinq ans d’exposition au risque, et un « délai de prise en charge » (entre la fin de l’exposition et la constatation de la maladie) de quarante ans. « Nos organisations appellent à un tableau ayant une portée importante, il ne serait pas admissible que des victimes soient écartées pour des raisons financières ou politiques », assènent-ils dans un communiqué commun le 19 octobre.

De son côté, la Fnsea s’est positionnée sur l’autre durée d’exposition minimale sur la table, de dix ans (au lieu des vingt ans qu’elle préconise) et demande par contre un « délai de prise en charge inférieur à quarante ans ». Il faut « la mise en place d’un cadre réaliste vu le caractère multicausal du cancer de la prostate et le poids du facteur âge », indique la rue de la Baume à Agra Presse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
PaillÔtop, le matériel qui botte les éleveurs
Le Gaec du Vieux Chêne, à Luché-Thouarsais, utilise la pailleuse automatique d’ALB Innovation depuis le début de l’année. L’…
Publicité