Aller au contenu principal

Le CEP pour aider à changer de métier

S’adressant à tous les salariés du privé et aux travailleurs indépendants, le Conseil en évolution professionnelle permet d’envisager de nouvelles perspectives de carrière.

© DR

Aujourd’hui, de plus en plus d’individus assument vouloir changer de voie au cours de leur vie professionnelle. Pourtant, même quand on l’a décidé, prendre une nouvelle orientation n’est pas aisé. C’est pour accompagner ces actifs que le Conseil en évolution professionnelle (CEP) a été créé en 2014.

En un an, ses conseillers ont accompagné plus de 10 000 actifs dans la région Nouvelle-Aquitaine, dont 1 250 personnes dans les Pyrénées-Atlantiques et 680 dans les Landes. « Cela peut paraître beaucoup, indique Cathy Bordis, directrice du Centre inter-institutionnel de bilan de compétences (CIBC) Sud Aquitaine, mais en réalité, le service est encore peu connu et nous souhaitons le démocratiser. Nous sommes en capacité d’accompagner 20 % de personnes en plus chaque année ».

Connaissance fine du terrain

Le Conseil en évolution professionnelle permet aux salariés du privé et aux travailleurs indépendants de prendre un temps pour eux, afin de parler de leurs envies et de clarifier leurs besoins. Qu’ils veuillent faire le point sur leur situation, évoluer, se former ou changer de métier, un conseiller les accompagne tout au long du processus. Gratuit et confidentiel, le dispositif se veut également proche des utilisateurs. En plus de l’accueil physique dans ses quatre bureaux (Mont-de-Marsan, Saint-Paul-lès-Dax, Anglet et Pau), le CIBC propose des suivis par téléphone ou par visioconférence. Et grâce à des partenariats avec les collectivités et les services de l’emploi, il assure des permanences sur tout le territoire, au plus près des usagers.

Ouvert aussi aux agriculteurs

Tous les actifs sont les bienvenus, mais il semble que les agriculteurs ne connaissent pas encore le service. C’est pourquoi de gros efforts d’information vont être menés pour promouvoir le dispositif auprès de cette catégorie socioprofessionnelle. « Grâce à notre expertise, nous proposons des accompagnements personnalisés, quel que soit le projet de l’agriculteur. Qu’il souhaite développer son exploitation, diversifier ses productions ou trouver un complément d’activité à son activité principale, nous lui proposons un suivi sur mesure ».

Tout un chacun peut faire appel au CEP de manière autonome. Il suffit de prendre rendez-vous sur la plateforme téléphonique (09 72 01 02 03) ou sur le site Internet (www.mon-cep.org/nouvelleaquitaine).

Mais depuis quelques semaines, le dispositif s’adresse également aux entreprises en difficulté, au travers du programme Transitions collectives. En mobilisant le CEP, elles inciteront leurs salariés à être pris en charge et conseillés sur leur réorientation vers des secteurs plus porteurs. « Certains secteurs sont en difficulté mais d’autres peinent à trouver de la main-d’œuvre. Connaître toutes ces données socio-économiques nous permet de mieux accompagner les usagers et de leur redonner des perspectives, donc de l’espoir. Car un changement subi peut aussi être source d’opportunités positives ».        

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité