Aller au contenu principal

Le chevreau à l’épreuve des papilles des consommateurs

Afin de faciliter l’achat de viande de chevreau, l’Institut de l’élevage mène actuellement un travil sur les possibilités de découpe. C’est dans ce cadre qu’une enquête auprès des consommateurs s’est déroulée cette semaine à Melle et à Potiers.

© Vienne rurale

«Je n’ai jamais acheté de chevreau... sûrement par manque d’habitude », lance Anne Leboeuf. En ressortant mercredi après-midi du centre de conférences de Poitiers, cette habitante de la capitale poitevine avouait son envie de se mettre à cuisiner cette viande. Avec une vingtaine d’autres consommateurs, elle a goûté quatre morceaux différents de chevreau, puis jugé ce qu’elle venait de déguster, mais aussi la découpe et la présentation d’un morceau cuit. 

Dans le box d’à côté, Christian Gropéron avoue, lui, qu’il n’avait pas apprécié la première fois qu’il avait goûté du chevreau. « C’est un produit différent. Je pense qu’il faut trouver un équilibre entre le goût du chevreau et ce qui l’accompagne ». Et ce qui lui a plu lors de la dégustation, ce sont les morceaux de sauté. Des morceaux rapides à cuisiner, mais quasiment inexistants sur le marché. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Coralie a trouvé son bonheur au volant des tracteurs
Pas faite pour l’école, puis rêvant de devenir soigneur animalier, Coralie Babeau a finalement trouvé sa vocation en tant que…
Christiane Lambert défend « le vrai visage de l’agriculture »
La première journée du congrès national du syndicat a commencé au Gaec du Petit Chauveux, où se sont rendus représentants et élus…
De Soudan à Cournon, une vie dédiée à l’amour des Parthenaises
Les époux deux-sévriens Christine et Didier Proust reçoivent ce 8 octobre les Sabots d’or au Sommet de l’élevage de Cournon d’…
Alexandre Jorigné : " Je retrouve le métier d’éleveur en travaillant comme ça "
Membre des JA 79 et Nouvelle-Aquitaine, Alexandre Jorigné a rejoint l’équipe de Capr’Inov en 2020. Chargé du Capr’I Cup, il s’est…
« Ça suffit » !
Un collectif représentant la profession agricole réagit aux exactions réalisées par les opposants aux réserves de susbtituion de …
Des panneaux photo, oui, mais lavés une à deux fois par an
Le développement du photovoltaïque ne se dément pas, sur les bâtiments agricoles mais pas seulement. Avec sa société Photon…
Publicité