Aller au contenu principal

Environnement
Le département veut réduire son utilisation de pesticides

Le conseil général lance une campagne de réduction des pesticides sur les espaces dont il a l’entretien.

« Réduire l’usage des pesticides, c’est préserver la santé publique et la biodiversité », expliquait Eric Gautier, président du conseil général.
« Réduire l’usage des pesticides, c’est préserver la santé publique et la biodiversité », expliquait Eric Gautier, président du conseil général.
© DR

Bords de routes et espaces verts gérés par les agents du conseil général vont être entretenus avec moins de pesticides. La campagne « moins de pesticides, plus de vie » a été lancée lors du salon de l’horticulture, à Niort.
Ce changement de pratiques va s’accompagner d’une campagne d’éducation à l’environnement pour expliquer les bénéfices de ces nouvelles pratiques pour la santé et l’environnement. Et en particulier pour inviter la population « à changer son regard sur les mauvaises herbes ». « Réduire l’usage des pesticides, c’est préserver la santé publique et la biodiversité », expliquait Eric Gautier, président du conseil général.
Les services départementaux utilisaient à ce jour 400 litres par an de produits nécessaires au traitement des bordures de 3 850 kilomètres de routes départementales. Mais alors que la pulvérisation d’eau chaude sur le bassin versant du Cesbron ou le long de la déviation de Mougon, ne donne pas les résultats escomptés, des expérimentations vont être poursuivies, comme l’utilisation d’une machine à détection de chlorophylle par infrarouge sur les bandes stabilisées. De même la hauteur de tonte sur les espaces verts sera portée à 10 centimètres sauf sur les espaces de prestige. La Voie verte, entre Parthenay et Bressuire, sera entretenue avec une sarcleuse.
Les interventions seront limitées sur les bordures du réseau routier, avec les fauches tardives. Il ne devrait y subsister qu’une seule fauche en avril-mai, avant l’entretien des talus, en juin. Reste l’obligation faite aux collectivités, comme aux agriculteurs, de faire en sorte que les chardons soient détruits avant leur floraison pour ne pas que leurs graines poussées par le vent aillent ensemencer les parcelles voisines.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité