Aller au contenu principal

Le dispositif législatif fixe des règles de prévention pour l’hiver

Le risque national est passé au niveau négligeable. En Deux-Sèvres, les contraintes règlementaires une à une sont levées.

© N.C.

Après quatre mois et demi de lourdes contraintes, la filière avicole retrouve en Deux-Sèvres une liberté d’action certaine. Ces dernières semaines, le dispositif réglementaire visant à circonscrire d’abord, enrayer ensuite, l’épisode d’influenza aviaire était assoupli.
Vendredi 12 mai, en l’absence de nouveaux cas sur le territoire, le préfet des Deux-Sèvres signait l’abrogation des arrêtés de zone de contrôle temporaire sur Fors et sur La Chapelle-Bâton et Augé. À ce jour, seule la commune de Courlay, lieu du dernier événement sanitaire, reste sous l’effet d’un texte réglementaire. « La zone réglementée d’un kilomètre s’appliquant autour du foyer confirmé pourrait être levée dans les tout prochains jours », annonce la préfecture dans un communiqué daté du 12 mai.


Par ailleurs, compte tenu de l’évolution favorable de la situation sanitaire au niveau national, le ministre de l’agriculture a abaissé le niveau de risque lié à l’influenza aviaire de « modéré » à « négligeable ». En conséquence, les contraintes relatives aux conditions de confinement des volailles sont également levées ainsi que celles relatives aux rassemblements d’oiseaux, aux compétitions de pigeons voyageurs et aux lâchers de gibier à plumes.

Par ailleurs, le ministère de l’agriculture vient de compléter le dispositif réglementaire relatif au « pacte de lutte contre l’influenza aviaire » pour les années à venir. En outre, il a décidé d’adopter, pour ce qui est de l’obligation de confinement recommandée par l’Anses, une approche proportionnée et graduée en fonction du niveau de risque d’introduction d’un virus influenza par les oiseaux sauvages. Il a donc été signé, le 4 mai 2017, un arrêté qui fixe un seuil relatif à l’obligation de confinement des animaux en bâtiment en cas de passage à un niveau de risque élevé. Cet arrêté prévoit qu’à partir d’un seuil de 3 200 palmipèdes à l’extérieur sur une exploitation, les dérogations à l’obligation de confinement ne sont plus possibles. Afin de faciliter la mise en œuvre de la claustration, ces palmipèdes doivent être systématiquement habitués à être alimentés en bâtiment du 15 novembre au 15 janvier, période sensible du fait de certains mouvements de circulation des oiseaux migrateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Les poulaillers, une option toujours prisée
Pour sécuriser une trésorerie ou pérenniser un emploi, de nombreux exploitants montent des ateliers volailles en parallèle de…
Publicité