Aller au contenu principal
Font Size

Evénement
Le Festival de l’élevage et de la gastronomie, berceau des vocations

Le Festival de l’élevage et de la gastronomie rassemblera 800 animaux au marché aux bestiaux de Parthenay du 20 au 22 septembre prochains.

Laurent Boyé (à gauche) et Serge Bonnanfant, organisateurs du Festival de l’élevage et de la gastronomie. (Photo d’archives)
Laurent Boyé (à gauche) et Serge Bonnanfant, organisateurs du Festival de l’élevage et de la gastronomie. (Photo d’archives)
© C. P.

Le Festival de l’élevage et de la gastronomie est en préparation. Bovins, ovins, caprins, équins seront rassemblés au marché aux bestiaux de Parthenay les 20, 21 et 22 septembre. Présentés par 150 éleveurs, les 800 animaux seront un excellent support offert à quelque 200 jeunes du département venus tester leurs connaissances. Les lycéens mettront à l’épreuve leurs connaissances au cours des trophées des lycées en parallèle des concours d’animaux. Un concours national pour les parthenaises, les moutons vendéens et les rouges de l’Ouest, interrégional pour les normandes, départemental pour les montbéliardes. Les races charmoise, suffolk, solognote, les races caprines et mulassières seront quant à elles en présentation.
Non loin des étables, les étals des bouchers apprentis se garniront. Le festival de l’élevage est aussi celui de la gastronomie. La dynamique économique de l’élevage tient également à la capacité des artisans à valoriser la viande. Une complémentarité que tiennent à mettre en avant les organisateurs de cette manifestation en offrant aux jeunes du CFA leur concours.

Le temps de la réflexion
Le festival de l’élevage sera aussi un lieu réflexion avec 40 m2 réservés au thème de la transmission et reprise des exploitations agricoles. Un espace de rencontre sera aménagé. Porteurs de projets et futurs cédants pourront prendre le temps d’échanger sur leurs projets respectifs. Bien entendu, la bonne santé des filières d’élevage tient aux cours de la viande et du lait. Mais, elle dépend aussi de la capacité d’une profession à donner envie aux jeunes de prendre la relève.
A quelques mètres des animaux en concours, le monde de l’élevage s’arrêtera l’espace de quelques heures pour préparer son avenir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité