Aller au contenu principal

Virus de la tomate
Le FMSE prépare un plan d’indemnisation face au virus ToBRFV

© Anses

La section légumes du FMSE (fonds de mutualisation) s’est réunie le 26 février pour esquisser les premières lignes d’un plan d’indemnisation en cas de propagation du virus émergent de la tomate ToBRFV. Le but était « d’imaginer une contribution exceptionnelle qui permettrait de doter la section légumes du FMSE d’une enveloppe supplémentaire pour indemniser les producteurs qui pourraient être touchés par la maladie », a indiqué le président du FMSE Joël Limouzin. Pour l’instant, un seul cas de ToBRFV a été confirmé par les autorités. Mais si ce nombre venait à augmenter, la note pourrait être salée. « On nous parle de 300 à 500 000 euros par hectare de serre qui seraient indemnisés, sans parler des pertes de production », a ajouté le président du FMSE. Interrogé par Agra Presse, le directeur de Légumes de France Bertrand Rival a précisé que cette contribution prendra la forme d’une cotisation proportionnelle au chiffre d’affaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité