Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le frelon asiatique est à saisir au vol

La période actuelle est stratégique dans le cadre de la lutte contre le frelon asiatique. À l’heure du réveil de la nature coïncide celle, idéale, pour la pose des pièges.

La différence la plus visible entre le frelon asiatique et le frelon d’Europe est leur couleur dominante. Alors que le second est plutôt jaune, le premier est noir.
La différence la plus visible entre le frelon asiatique et le frelon d’Europe est leur couleur dominante. Alors que le second est plutôt jaune, le premier est noir.
© Fdgdon

À chaque reine capturée, c’est un nid évité. Ainsi posée, l’équation est un argument de poids en faveur de la mise en place de pièges destinés au frelon asiatique. Générées et fécondées en fin d’année 2015, les futures colonisatrices devraient sortir d’hibernation à l’arrivée des tout premiers beaux jours printaniers, prêtes à construire un petit nid pour abriter leur première ponte. Pour celui-ci, elles choisiront un endroit abrité du vent et de la pluie qui se réchauffe vite. Pendant l’incubation, à savoir 51 jours, chaque fondatrice, encore solitaire, devra s’occuper de sa portée. « Si l’on arrive à la capturer à ce moment-là, ce premier cycle n’aboutira pas et il n’y aura pas de colonie », explique Christophe Suire, technicien de la FDGdon 79. Passé ce délai, la reine reste pondre dans le nid qui se développe grâce au travail des ouvrières. Ce nid deviendrait particulièrement dangereux pour qui viendrait ensuite le déranger, volontairement ou non. L’impact le plus spectaculaire de l’hyménoptère invasif est celui sur les insectes pollinisateurs, dont les abeilles. « Dans les ruchers, elles sont des proies faciles, reprend Christophe Suire. En deux ou trois jours, une ruche peut être anéantie. »

Piège de plastique
Vue dans presque 80 % des départements français, la bestiole est présente partout en Deux-Sèvres, mais surtout au sud de Mazières-en-Gâtine. « Au nord, le niveau d’infestation est équivalent à ce que nous observions dans le sud il y a quatre ou cinq ans », illustre le technicien. En 2015, « il y a eu une recrudescence du frelon asiatique. Entre nos données et celles des apiculteurs, 1 000 à 1 200 nids ont été recensés, et c’est un minimum. »

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 4 mars

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Bien immatriculer les matériels de l’exploitation agricole
Les matériels qui ne sont pas soumis à l’obligation de certificat d’immatriculation (carte grise) doivent être immatriculés (à l’…
Benoit Forestier, un vétérinaire rural en constante adaptation
Benoit Forestier, vétérinaire rural depuis trente ans à Chiché, a vu son métier se transformer en même temps que la profession d’…
S’affranchir du soja importé, rêve ou réalité ?
Le contexte international de pandémie rend davantage saillante la question de l’autonomie protéique. La France peut-elle répondre…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Publicité