Aller au contenu principal

Intempéries
Le froid ne gèle pas le bon développement des cultures

L’épisode de gel de la fin de semaine dernière a assez peu impacté les cultures en deux-Sèvres. La période est propice et les exploitants sont préparés.

Intempéries, givre, Deux-Sèvres
Le gel a fait du bien à l’arboriculture et a été sans grand impact sur le maraîchage.
© Chloé Poitau

Ce sont des images comme on en voit peu qui se sont offertes à la vue des Deux-Sévriens vendredi et samedi 11 et 12 février 2021. Les pluies verglaçantes qui se sont abattues sur une bonne moitié nord du département, avec des températures à -5 °C, ont donné aux paysages une autre coloration.

Ce froid n’a pas inquiété outre mesure les arboriculteurs. « Le froid a une incidence positive à cette époque de l’année alors nous sommes contents, indique Philippe Cantet, président du syndicat des arboriculteurs des Deux-Sèvres. Jusqu’au 15 mars, les arbres peuvent le supporter sans souci ». Un avis partagé par Fabrice Texier, arboriculteur à Parthenay. « Il n’y a pas besoin de mettre une protection en cette saison, ça fait du bien, ça calme la végétation ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité