Aller au contenu principal
Font Size

Le Living Lab Lapin revisite les cages

Pour reconquérir les consommateurs, la filière cunicole doit, entre autres, répondre aux attentes sociétales en termes de bien-être animal. Le Living Lab Lapin expérimente des logements alternatifs depuis avril 2018.

À Yzernay, dans le Maine-et-Loire, le pôle lapins de la Ciab réalise des essais d’élevage en parcs chez l’un de ses adhérents, Jean-François Charrier. (Photo d’illustration).
À Yzernay, dans le Maine-et-Loire, le pôle lapins de la Ciab réalise des essais d’élevage en parcs chez l’un de ses adhérents, Jean-François Charrier. (Photo d’illustration).
© Jean-François Charrier

On ne blague pas avec le lapin ! Depuis le 1er avril, l’Inra de Toulouse teste des logements alternatifs pour lapins visant à favoriser l’expression de leurs besoins, c’est-à-dire de leur répertoire comportemental spécifique (ronger, bondir, s’étaler, se dresser, se cacher, s’isoler, interagir). Cette expérimentation est menée dans le cadre du projet Living Lab Lapin (LLL).

L’enjeu du LLL est de trouver des compromis entre la biologie du lapin et les réalités d’élevage (maternité et engraissement) pour répondre aux espérances et aux nécessités de chacun (prix abordables pour les consommateurs, bien-être animal pour les ONG, notamment). Pour l’éleveur, les contraintes à respecter touchent essentiellement à ses conditions de travail (pas de logements trop grands ni trop hauts pour qu’elles restent décentes) et à la rentabilité de son système.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Publicité