Aller au contenu principal

Menace
Le loup est de retour en Charente

Après l’observation, lundi 20 janvier, d’un canidé sur la commune de Gurat, la préfecture de la Charente a confirmé la nouvelle. En l’absence de mesures mises en place, les éleveurs s’interrogent sur les conséquences que cela peut induire sur leur cheptel.

© Réseau Loup OFB - Marina François

C’est une drôle de rencontre qu’a faite Marina François sur la commune de Gurat, dans le sud-Charente, lundi 20 janvier, en milieu de matinée. Elle a en effet aperçu un grand canidé, trottant sur une parcelle de labour et sur la route. Ni une ni deux, le cliché et les détails de l’histoire ont été transmis à l’Office français de la biodiversité (OFB), qui a valablement authentifié l’animal comme étant un loup gris (canis lupus lupus). En Charente, le loup n’avait pas montré le bout de son museau depuis plus d’un siècle, mais sa présence a été avérée en Nouvelle-Aquitaine : en Dordogne en 2015, dans les Pyrénées-Atlantiques en 2018 et 2019, et plus récemment dans le sud-ouest de la Charente-Maritime mi-novembre 2019.


Une présence qui ne surprend pas

Selon l’OFB, dans un communiqué de la préfecture de la Charente, « ce type d’observation fortuite et isolée de loup a souvent lieu à l’automne et en début d’hiver. Cette saison correspond en effet à une étape importante du cycle biologique de l’espèce qu’on appelle la dispersion. À cette période, les jeunes nés au printemps prennent pleinement leur place au sein du groupe, contraignant d’autres individus à quitter la meute pour chercher un nouveau territoire où s’établir. Ces individus peuvent parcourir plusieurs centaines de kilomètres avant de se fixer, et ceci en quelques jours ».
Pour Patrick Soury, secrétaire général de la Fédération nationale ovine (FNO), la présence du loup dans les environs « n’est pas une surprise. Nous ne sommes pas très loin de zones déjà colonisées ». Si la prise de mesures vis-à-vis de cette observation n’est pas encore à l’ordre du jour, Patrick Soury reste ferme. « Au niveau de la profession, nous martelons que la présence du loup est incompatible avec l’élevage. S’il devait y avoir des mesures de protection à mettre en place, parmi nos systèmes d’élevage, cela risque d’être un peu compliqué ».
Tout en relativisant sur ce loup solitaire observé, l’éleveur ovin ne balaye pas complètement le scénario catastrophe, qui pourrait être celui de la colonisation d’une zone en Charente. « La Charente Limousine, par exemple, est peu peuplée, avec des bocages et des bosquets. C’est une zone assez adaptée à la présence du loup ».


La Nouvelle-Aquitaine sous surveillance

En avril 2019, les éleveurs ovins charentais avaient déjà reçu un courrier de la part des services de l’État après les suspicions non confirmées par les organismes habilités à gérer ces dossiers de la présence du loup.
De plus, une veille est assurée par les services départementaux de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) depuis 2013. La région Nouvelle-Aquitaine, placée sur le front de colonisation de l’espèce, a même conduit l’ONCFS à engager depuis un an un processus de formation de « correspondants du réseau multi-partenarial loup/lynx », constitué aujourd’hui de 170 personnes opérationnelles sur les départements de la Corrèze, la Haute-Vienne, la Dordogne et les Pyrénées-Atlantiques. Également, l’OFB dispose d’un maillage territorial d’agents formés à la reconnaissance des indices de présence du loup et aux expertises de constats d’attaques sur animaux sauvages ou bétail domestique, y compris dans la totalité des départements de la région Nouvelle-Aquitaine, où la présence de cette espèce protégée est occasionnelle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Les vœux de l’année : une Pac supportable, des Egalim appliqués
Depuis leur début de mandat (en mars pour Thomas Gaillard, en juin pour Grégory Nivelle), les présidents de JA 79 et Fnsea 79 n’…
Publicité