Aller au contenu principal

Le marché de la viande décrypté trois jours avant la foire concours de Bressuire

Le traditionnel colloque viande aura lieu trois jours avant l’organisation de la foire concours de Bressuire. Une déconnexion des événements favorable à une large participation.

Chaque année la foire concours de Bressuire rassemble plus de 200 bovins et 150 ovins. (Photo d’archives)
Chaque année la foire concours de Bressuire rassemble plus de 200 bovins et 150 ovins. (Photo d’archives)
© N.C.

Le focus agricole de la foire de Bressuire commencera cette année, c’est une première, par le colloque viande. Co-organisé par la chambre d’agriculture, Interbev et Bressuire bocage animation, ce rendez-vous professionnel est fixé à Bocapôle  quelques jours avant l’ouverture de l’événement commercial. « Tenue chaque année le jour de la foire concours, cette réunion, pourtant riche en informations, mobilise peu », regrette Paul Roy, l’un des organisateurs.
Programmé mardi 17 mars à 19 h (*), trois jours avant l’ouverture de la foire concours, ce temps d’échange ne pâtira cette année d’aucune concurrence. Les opérateurs de la filière viande, les producteurs également, pourront s’informer avant d’acter. La situation du marché de la viande bovine et ovine et les conséquences de la réforme de la politique agricole commune débattues en salle trois jours avant l’exposition des animaux, ne manqueront d’alimenter les débats tout au long du week-end. Peut-être même au moment des négociations.
Organisée au cœur du bassin d’engraissement qu’est le bocage, la foire concours mobilise chaque année éleveurs et acheteurs. Cette édition 2015 ne dérogera pas à la règle. Vendredi 20 mars de 8 heures à 12 heures, 219 bovins seront installés sous les tivolis montés pour l’événement. Aux côtés de la parthenaise, race à l’honneur, seront présentés des animaux de race blonde d’Aquitaine, charolaise, limousine, blanc bleu, rouge des prés, également des sujets issus de croisements. « Cent dix éleveurs ont préparé des animaux pour l’occasion. Au total, nous aurons une vingtaine de sections », précise Paul Roy. Les 6 jurys composés de 8 juges seront à l’œuvre de 15 h à 17 h. Les plaques attribuées, les négociations seront ouvertes. « Chaque année, presque tous les animaux trouvent acquéreur », précise l’organisateur.
Samedi 21 mars, alors que la foire de Bressuire, placée sous le soleil du Cap-Vert, accueillera ses visiteurs, les agneaux de boucherie prendront place pour la journée, non loin des vaches. « A une semaine et demie de l’événement, 150 animaux sont déjà inscrits », précisait Gérard Garotteau. Une trentaine d’éleveurs participent à ce rendez-vous qui fait la part belle aux démarches qualités label rouge Le Diamandin et à  l’IGP Agneau Poitou-Charentes. Quarante plaques seront remises, dont quatre prix de la boucherie. Ils récompenseront le plus beau lot de mâles et le plus beau lot de femelles de chaque filière qualité. Le prix de la ville de Bressuire sera remis au plus jeune éleveur exposant. Un encouragement à l’adresse des plus jeunes à s’inscrire dans la culture qu’est l’élevage en bocage.

(*) Au terme du colloque, les participants seront invités à partager un buffet froid.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
Publicité