Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Le matériel de sursemis passé au crible

Le 26 septembre à Alloue, en Charente, une vingtaine d’agriculteurs ont participé à une journée technique sur le sursemis, organisée par la FdCuma des Charentes, avec la présentation de deux machines : un semoir Aitchison et un Güttler.

Le semoir Güttler est recommandé pour les petites graines comme le ray-grass ou le trèfle.
Le semoir Güttler est recommandé pour les petites graines comme le ray-grass ou le trèfle.
© E.B.

Le semoir Aitchison face au Güttler. Les deux matériels sont bien différents mais ils sont surtout un prétexte pour parler du sursemis. Côme Darchis, animateur et conseiller machinisme à la FdCuma des Charentes, a organisé mardi 26 septembre à la demande des adhérents une journée technique sur le sursemis. Une vingtaine d’agriculteurs des Cuma du secteur ont assisté à cette démonstration à Alloue, sur une parcelle d’Alexandre Boutant, qui pratique le sursemis depuis cinq ans.


Cette technique culturale permet de réimplanter des graines dans la prairie en place tout en limitant les interventions mécaniques, la perte de production et en diminuant le risque de salissement. « L’objectif de cette technique est de faire durer la prairie au maximum sept ou huit ans avant de la retourner. C’est également un moyen de réimplanter des espèces qui auraient disparu de la parcelle. Avec le sursemis, on cherche à pousser au maximum la productivité de la prairie », explique Côme Darchis.


Pour pratiquer le sursemis, deux paramètres essentiels sont à prendre en compte : les conditions météorologiques et l’état de la prairie. Il est aussi nécessaire de s’équiper soit d’un semoir direct à dent, comme celui de Aitchison avec un soc en T inversé, soit d’un semoir direct à disque ou encore d’une herse étrille. Le semoir Aitchison, de la Cuma des Deux Vallons, a la particularité d’avoir une distribution en mousse qui permet de semer tout type de graines. Il nécessite peu de réglages : profondeur, vitesse de rotation, agressivité des dents.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité