Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le matériel de sursemis passé au crible

Le 26 septembre à Alloue, en Charente, une vingtaine d’agriculteurs ont participé à une journée technique sur le sursemis, organisée par la FdCuma des Charentes, avec la présentation de deux machines : un semoir Aitchison et un Güttler.

Le semoir Güttler est recommandé pour les petites graines comme le ray-grass ou le trèfle.
Le semoir Güttler est recommandé pour les petites graines comme le ray-grass ou le trèfle.
© E.B.

Le semoir Aitchison face au Güttler. Les deux matériels sont bien différents mais ils sont surtout un prétexte pour parler du sursemis. Côme Darchis, animateur et conseiller machinisme à la FdCuma des Charentes, a organisé mardi 26 septembre à la demande des adhérents une journée technique sur le sursemis. Une vingtaine d’agriculteurs des Cuma du secteur ont assisté à cette démonstration à Alloue, sur une parcelle d’Alexandre Boutant, qui pratique le sursemis depuis cinq ans.


Cette technique culturale permet de réimplanter des graines dans la prairie en place tout en limitant les interventions mécaniques, la perte de production et en diminuant le risque de salissement. « L’objectif de cette technique est de faire durer la prairie au maximum sept ou huit ans avant de la retourner. C’est également un moyen de réimplanter des espèces qui auraient disparu de la parcelle. Avec le sursemis, on cherche à pousser au maximum la productivité de la prairie », explique Côme Darchis.


Pour pratiquer le sursemis, deux paramètres essentiels sont à prendre en compte : les conditions météorologiques et l’état de la prairie. Il est aussi nécessaire de s’équiper soit d’un semoir direct à dent, comme celui de Aitchison avec un soc en T inversé, soit d’un semoir direct à disque ou encore d’une herse étrille. Le semoir Aitchison, de la Cuma des Deux Vallons, a la particularité d’avoir une distribution en mousse qui permet de semer tout type de graines. Il nécessite peu de réglages : profondeur, vitesse de rotation, agressivité des dents.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Partir de la ferme... pour mieux revenir
Alexandre Brousseau rejoint l’exploitation familiale à Nueil-les-Aubiers, après avoir acquis de l’expérience comme technicien-…
Hélène Blaud, présidente nationale des anciens exploitants
Jeudi 14 mai, Hélène Blaud a été élue présidente de la section nationale des anciens exploitants. Pendant trois ans, la Deux-…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Tourisme vert pour un département "vert"

Après les annonces du gouvernement sur un plan de relance du tourisme, avec une enveloppe de 18 milliards d’euros à la clé, le…

Publicité