Aller au contenu principal

Le miel Charentes Poitou veut séduire les consommateurs de la région

La coop apicole située à Surgères collecte 100 tonnes de miel dans cinq départements. Avec la production marquée Charentes Poitou, les producteurs veulent séduire les consommateurs de Nouvelle-Aquitaine.

Francis You et Henri Richard, respectivement membre du conseil d’administration délégué aux affaires commerciales et président de la coop Apicole de Charentes et du Poitou.
Francis You et Henri Richard, respectivement membre du conseil d’administration délégué aux affaires commerciales et président de la coop Apicole de Charentes et du Poitou.
© C.P.

La coopérative compte trois cents adhérents (deux cents apporteurs) dont l’engagement, plus ou moins marqué, a vocation à assurer la dynamique du groupe et par incidence la bonne santé économique de chacun. La valorisation du miel Charentes Poitou, marque déposée à l’Inpi (*) au cours des années 80, est, à l’instar de la bonne santé du couvain dans la ruche, l’objet de toute l’attention des producteurs. Sur le site de Surgères, chaque année, 100 tonnes de miel collectées sont traitées. Cette production venue des Deux-Sèvres, de la Vienne, de la Charente, de la Charente-Maritime ou encore de Vendée est pour moitié travaillée et conditionnée selon les process de fabrication qui sont propres à la marque territoriale. « L’autre moitié est commercialisée en gros à des négociants », précisent Henri Richard et Francis You, respectivement président et membre du conseil d’administration délégué aux affaires commerciales.
Cette part, le groupe aimerait la voir se réduire au profit des produits transformés sur place. La valeur ajoutée se trouve dans les volumes commercialisés en pots et identifiés Charentes Poitou.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Les poulaillers, une option toujours prisée
Pour sécuriser une trésorerie ou pérenniser un emploi, de nombreux exploitants montent des ateliers volailles en parallèle de…
Publicité