Aller au contenu principal

Le ministre de l’agriculture en visite en Charente-Maritime

L’alimentation de demain : tel était le thème du débat auquel a participé Didier Guillaume à l’issue de sa journée en Charente-Maritime, lundi 1er juillet.

« Le Mercosur, ce n’est pas la France qui le signe, c’est la Commission européenne. La France n’a pas encore donné son avis, et aujourd’hui j’ai plutôt un avis “pas positif ” par rapport à notre élevage ». Il assume toutefois les accords commerciaux, dans d’autres domaines de l’économie.
« Le Mercosur, ce n’est pas la France qui le signe, c’est la Commission européenne. La France n’a pas encore donné son avis, et aujourd’hui j’ai plutôt un avis “pas positif ” par rapport à notre élevage ». Il assume toutefois les accords commerciaux, dans d’autres domaines de l’économie.
© KÉVIN BRANCALEONI

La visite de Didier Guillaume en Charente-Maritime s’est achevée au Musée maritime de La Rochelle, où était organisé un « débat citoyen » autour d’une question centrale : « Quelle alimentation pour demain ? ». « Aujourd’hui, s’alimenter n’est plus un acte comme on pouvait le faire il y a seulement dix ou quinze ans », a rappelé le ministre.

« Nous n’opposons absolument pas le bio et le conventionnel, a-t-il ainsi assuré, ce serait une erreur phénoménale. Aujourd’hui, nous avons besoin de réconcilier plutôt que de diviser. Le problème que nous avons, bien souvent, c’est qu’il y a une opposition assez frontale entre l’urbain et le rural, entre l’agriculteur et le citoyen. Je pense qu’il faut passer là-dessus. L’agriculteur n’est pas un affreux pollueur et le riverain n’est pas un affreux emmerdeur ».

La crainte d’une uniformisation

Paniers locaux, AMAP étaient évidemment au menu de ce débat. Didier Guillaume a plaidé pour des initiatives locales.  « Je ne voudrais pas que demain, nos concitoyens se nourrissent en achetant sur Amazon. Internet est sans doute l’avenir, mais pas forcément celui qu’on voudrait avoir en matière d’alimentation ».

Le modèle qu’il redoute, c’est bien celui d’une « uniformisation de l’alimentation ». Défendre l’agriculture locale et vanter les exportations, n’est-ce pas contradictoire ? Si, assume le ministre. « C’est ça, l’agriculture française. Il y a les circuits courts, le bio, et puis il y a une agriculture exportatrice qui fait vivre le pays aujourd’hui ».

Accélérer sur la réduction des pesticides

C’est aussi son impact sur l’environnement qui a été discuté. « L’agriculture française est dans le monde la plus saine, la plus sûre, la plus durable, a assuré Didier Guillaume, qui souhaiterait 50 000 certifications HVE (haute valeur environnementale) supplémentaires d’ici dix ans. Le Haut conseil pour le climat a montré la France comme étant en retard sur ses objectifs fixés mais a donné un satisfecit à l’agriculture qui, elle, tient le rythme. L’agriculture française n’est pas un handicap contre le réchauffement climatique, mais au contraire, est une des solutions ».

Interpellé par Greenpeace sur les importations de soja et les fermes-usines, le ministre a réaffirmé son attachement au modèle extensif. « La ferme des Mille vaches, ce n’est pas la politique de ce gouvernement ». Il s’est également prononcé en faveur d’une autonomie européenne pour les protéines végétales. Au niveau de la réduction des pesticides, toutefois, « on est à la bourre, a-t-il admis. On n’est pas allés assez vite, on va accélérer ».

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Les vœux de l’année : une Pac supportable, des Egalim appliqués
Depuis leur début de mandat (en mars pour Thomas Gaillard, en juin pour Grégory Nivelle), les présidents de JA 79 et Fnsea 79 n’…
Publicité