Aller au contenu principal

Projet de remise en cause des exonérations de charges patronales
Le ministre fait marche arrière, mais pas sur tout

© Photo d'archives
Le gouvernement avait décidé d’inscrire dans le projet de loi de finances pour 2013 une mesure qui ampute de plus de 20 % les exonérations de charges patronales prévue pour l’emploi des salariés saisonniers agricoles. Elle représenterait une hausse de charges de 140 millions d’euros pour les employeurs, dont 6,2 millions d’euros pour la seule région Poitou-Charentes. C’est la raison pour laquelle, la Fnsea Poitou-Charentes, rencontrait le préfet de région, le 24 octobre « afin de faire reculer le gouvernement ».
Cette démarche, initiée par la Fnsea, avait déjà pris plusieurs formes selon les régions lorsque, mardi, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, interpellé à plusieurs reprises par les députés a affirmé que le dispositif était reconduit pour 2013. Cependant, il a annoncé que les employeurs de saisonniers devront désormais s'acquitter des cotisations pour les accidents du travail et de maladies professionnelles. Le nouveau dispositif ne peut donner satisfaction aux employeurs car il ne prend plus en compte le seuil de 3 Smic mais seulement de 1,5 Smic. « Cette mesure ne va pas dans le bon sens, déplore la Fnsea Poitou-Charentes. Elle n’incitera pas les employeurs à revaloriser le salaire de leur personnel. »
Selon la Fnsea, les Jeunes Agriculteurs, Légumes de France, la Fédération nationale de producteurs de fruits et la Fédération nationale des producteurs de végétaux d’ornements, toute remise en cause du dispositif en vigueur en 2012 aurait pour conséquence de
« pénaliser encore davantage nos secteurs de productions les plus exposés à la concurrence internationale, du fait d’un poids considérable du coût du travail dans le prix de revient de nos produits ».
Les cinq organisations jugent le projet « inadmissible », car, selon eux :
« - il détruirait l’emploi dans les activités de productions fortement employeuses ;
- il est contraire aux beaux discours sur le redressement productif et au maintien d’activité de production sur notre territoire ;
- il offrirait un pont d’or à nos voisins européens qui pratiquent allègrement le dumping social et qui n’en demandaient pas tant ;
- il favoriserait le recours à des sociétés de prestations de services qui emploient de la main-d'œuvre étrangère sans payer de charges sociales en France ;
- il est totalement incohérent avec la volonté du gouvernement d’ouvrir le chantier du financement de la protection sociale».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

La Fête de la Terre régionale se tient le 21 et 22 août à Blanzay (86)

La 17e édition de la Fête de la Terre régionale se tient ce week-end du 21 et 22 août à Blanzay, dans la Vienne.…

Jeunes Agriculteurs, JA, Deux-Sèvres, Nouvelle-Aquitaine, Fête de la terre
Merci aux partenaires, et à bientôt !
L’annulation de la fête de la Terre, qui devait se dérouler le 29 août à Coulonges-sur-l’Autize, est un nouveau coup dur pour les…
Chasseurs, Deux-Sèvres, agriculture, chasse
Le sanglier en ligne de mire
L’ouverture générale de la chasse est le 12 septembre. En Deux-Sèvres les populations de petits gibiers ont profité d’une belle…
En Val de Gâtine, ils produisent pour une consommation locale
Pionniers de la vente directe, plusieurs producteurs du secteur de Coulonges-sur-l’Autize se sont lancés il y a des années dans…
Vue d'ensemble, Festival de l'élevage, France Parthenaise, Deux-Sèvres, Nouvelle-Aquitaine, Elevage
National parthenaise : le concours de la relance
120 animaux participeront les 9 et 10 septembre au national de la race organisé au marché de Parthenay. Un événement programmé,…
Congrès Fnsea : « Ici, les idées justifient les moyens »

Où il y a du dynamisme, il y a des femmes et des hommes engagés. En Deux-Sèvres, individuellement dans leur ferme mais aussi…

Publicité