Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Le non-labour en bio est-il possible ?

La question du non-labour en bio a le vent en poupe et est parfois l’objet de débats. Des idées préconçues sont souvent véhiculées. Il faut prendre le temps de la réflexion et se poser les bonnes questions !

Maïs bio implanté au strip-till dans un couvert broyé de seigle de 9 tMS/ha pou une bonne maîtrise des adventices dans l’inter-rang. Photo de juin 2018.
Maïs bio implanté au strip-till dans un couvert broyé de seigle de 9 tMS/ha pou une bonne maîtrise des adventices dans l’inter-rang. Photo de juin 2018.
© N.C.

En bio, la gestion des adventices est le point qui inquiète le plus et le labour est très souvent dégainé comme « l’assurance tout risque ». « Pour beaucoup, il faut labourer systématiquement pour assurer la propreté de la parcelle ». Mais cette réflexion était-elle toujours la bonne ? L’enfouissement des graines d’adventices permet d’inhiber leur germination mais le labour tous les ans permet seulement de diluer le stock d’adventices sur l’ensemble du profil et, à lui seul, il ne permet pas de gérer les adventices sur le long terme.

La question du travail du sol ou non en cultures bio n’est donc pas la bonne approche mais l’idée est plutôt d’appréhender la gestion des adventices sur la parcelle bien en amont et en utilisant les méthodes agronomiques les plus adaptées (rotations, choix variétaux, associations, couverts végétaux…). Finalement, l’approche doit avant tout être dans l’anticipation et l’agronomie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un magasin à la ferme pour faire Coop chez vous
Les 12 et 13 juin, Mickaël et Pascale Boudier vont inaugurer La Gâtinelle, leur magasin à la ferme, à Gourgé. Fruit d’un…
Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Publicité