Aller au contenu principal

Le pois d’hiver et ses intérêts agronomiques et économiques

Le pois d’hiver peut être intéressant à cultiver dans le Thouarsais. Résistant aux coups de chaud, il permet d’économiser de l’azote.

Le choix des variétés de pois doit se faire en fonction de leur  résistance à la sécheresse, susceptible de toucher ponctuellement le territoire.
Le choix des variétés de pois doit se faire en fonction de leur résistance à la sécheresse, susceptible de toucher ponctuellement le territoire.
© N.C.

Une animation autour du pois d’hiver s’est déroulée le jeudi 28 avril sur l’exploitation de Philippe Emoré à Douron, sur la commune de Saint-Jouin-de-Marnes, dans le nord des Deux-Sèvres. Eric Versavel, conseiller grandes cultures à la chambre d’agriculture, et Élodie Tourton, de Terres Inovia, ont fait le point sur les différents aspects de la culture du pois d’hiver avec une vingtaine d’agriculteurs qui ont participé aux différents ateliers proposés sur la filière du pois, sa culture, sa protection et le matériel de récolte.

Du pois pour l’alimentation de récolte
Le marché du pois protéagineux peut se développer puisque l’offre reste encore très inférieure par rapport à la demande nationale et internationale. Cette culture mineure a pourtant de nombreux débouchés en alimentation animale et commence même à apparaître dans l’alimentation humaine. On observe néanmoins une progression de cette culture au niveau national, même si elle régresse dans les Deux-Sèvres, du fait notamment de la complexité de son pilotage, de la diminution des rendements et de son trop faible prix de revient, souvent tributaire des aides Pac.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 6 mai 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité