Aller au contenu principal

Le prix de l'herbe en baisse avec les coûts du blé et du soja

L'abondance des reports de stocks en raison d'un pâturage tardif conjuguée à la baisse de prix du blé et du soja tirent le prix de l'herbe vers le bas.

Le prix reste très dépendant du stade du fourrage et d'un marché des matières premières très variable dans le temps.
Le prix reste très dépendant du stade du fourrage et d'un marché des matières premières très variable dans le temps.
© N.C.

Les prix de parité 2016 sont en nette baisse par rapport à 2015. Cela s'explique par la chute des prix du soja et du blé. Par ailleurs, celui de la paille se stabilise à un niveau bas en raison d'une demande centrée sur la paille litière. C'est donc à partir de ces produits que la méthode d'évaluation détermine le prix du fourrage selon sa valeur fourragère UF et matière azotée. C'est un prix d'équivalence ou de remplacement par un mélange de paille, de blé et de soja apportant la même valeur alimentaire. Dans les transactions, il faut cependant tenir compte du marché, qui a tendance à tirer les prix vers le bas en raison des stocks disponibles.
Les transactions d'ensilage d'herbe et de foin à base de graminées et de légumineuses seront sans doute encore peu importantes cette année. Les reports de stocks sont encore nombreux, notamment en raison d'une arrière-saison qui a permis de pâturer tardivement. Ainsi, les offreurs sont plus nombreux que d'habitude et cela entraîne le prix des transactions vers le bas. Dans d'autre cas, il s'agit d'achats réguliers, notamment de foin de luzerne, pour compléter une disponibilité structurelle insuffisante. Dans ce dernier cas, et hors contractualisation, l'offre et la demande déterminent le plus souvent le niveau du prix. C'est donc un marché parfois spéculatif. En 2011, le repère de prix indiqué s'est avéré très inférieur aux prix de marché du fait d'une forte spéculation. En revanche, le phénomène est inverse depuis 2012.


Baisse du prix du blé et du soja
Les prix de référence pour 2016, qui sont fixés en avril de chaque année, sont de 60 EUR pour la paille, 115 EUR pour le blé (soit une baisse de 45 EUR) 330 EUR le tourteau de soja par tonne à la ferme, soit une chute de près d'un tiers du prix en un an. Ces prix de cotation (La Palice et Montoir), corrigés en fonction des frais de transport et de marge, peuvent évidemment évoluer dans les prochaines semaines. De fait, pour une valeur alimentaire proche du stade indiqué, le prix ci-dessous indique donc le seuil à partir duquel le mélange de paille et de concentrés est plus intéressant.
Le prix est cependant très dépendant du stade du fourrage. Dans le cas d'un foin récolté à la mi-mai, il se rapprochera plus de l'ensilage fin épiaison que du foin floraison. Pour cette raison et parce que les prix des matières premières varient dans le temps, une fourchette est indiquée. En terme de sensibilité, ces prix d'équivalence sont plus soumis à la variation du prix du blé pour les fourrages riches en énergie, (par exemple l'ensilage de RGI), à la paille pour le foin de graminées et fourrage d'encombrement et au tourteau de soja pour le foin de luzerne. Ainsi cette année, les fourrages riches en matière azotée baissent plus que les autres.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 15 avril 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Les JA mettent en scène la comédie amère des prix agricoles
Répondant à un appel national à manifester, les JA et la Fnsea 79 ont organisé une remise des prix décalée à l’intention des GMS…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Restaurateurs et éleveurs réunis autour de mêmes valeurs
La société Dénoues a créé une marque pour restaurer le lien entre amoureux de bonne viande. L’idée ? Que l’éleveur sache où part…
Publicité