Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Chèvre
Le prix du lait n’atteint pas celui de la recommandation du médiateur

Les recommandations du médiateur sur le prix du lait ne sont pas appliquées par les entreprises que les éleveurs ont rencontrées. Ils dénoncent leur attitude ainsi que celle des GMS.

Thierry Jayat
Thierry Jayat
© N.C.

Les entreprises manquent de lait, en importent et ne paient pas les producteurs au niveau de la recommandation du médiateur. Le constat de la section caprine de la Fnsea 79 a conduit ses membres à réagir. En juin, son bureau a rencontré les représentants des entreprises Terra Lacta, CLS, Lactalis, Eurial collectant sur le département.
Leurs conclusions déçoivent les producteurs. « Les augmentations que nous annoncent les entreprises depuis le début de l'année auxquelles devait s’ajouter la recommandation du médiateur de 6 centimes d’euros par litre de lait se traduiront par une augmentation totale en moyenne inférieure à 6 centimes d’euros par litre de lait, sur l’année 2013 par rapport à 2012 », constate amèrement Thierry Jayat, président de la section lait de chèvre. Pour les éleveurs, il s’agissait bien de 6 centimes à rajouter aux 2,5 centimes à 3 centimes en moyenne accordés en début d’année, alors qu’ils estiment à 12 centimes du litre les hausses de charges depuis trois ans. Selon Thiery Jayat, « les transformateurs refusent de s’engager ». Mais il dénonce aussi
« d’une part, les agissements des GMS qui ne jouent pas le jeu de l’accord conclu avec le médiateur et d’autre part, le manque de courage et de détermination des entreprises à aller chercher de la valeur ajoutée pour sauver les éleveurs caprins et redonner des perspectives à la filière ». « On ne voit pas comment on va renflouer nos trésoreries et redonner confiance aux éleveurs », poursuivait-il.
S’ils n’obtiennent pas satisfaction les éleveurs n’excluent pas de reprendre les manifestations après celles du printemps dernier. « Si rien ne bouge de leur côté, c’est de notre côté que l’on risque de bouger », prévient Thierry Jayat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Point sur le coronavirus en Deux-Sèvres au 6 mars
Un premier cas détecté en Deux-Sèvres : une femme de 40 ans a été hospitalisée hier soir au CHU de Poitiers. 
Machin'Agri Saison 1 #épisode4
Découvrez l'épandeur Ploeger AT4103 trois roues. 
D’une exploitation à l’autre, des impacts du simple au double
Sur le pont en plein cœur de la crise qui cloître la majorité des Français chez eux, les agriculteurs s’adaptent avec courage à…
Intergénérationnel, le palet fait des adeptes
Jeu traditionnel des départements de la Vendée et du Poitou, le palet n’a rien d’une activité ringarde et séduit les grands comme…
Pour l’avenir du métier : anticiper la reprise
La MFR Saint-Loup-sur-Thouet et la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres ont noué un partenariat depuis deux ans pour améliorer…
Concours général agricole : le palmarès 2020 des Deux-Sèvres
Les Deux-Sèvres se sont distinguées au CGA. Le concours de la Parthenaise a été une fois de plus un temps fort du SIA2020. 
Publicité