Aller au contenu principal
Font Size

Le prix du miel bousculé par un marché mondial excédentaire

En 2003, la création de l’Association de développement apicole avait pour but de donner à la filière régionale un outil d’étude technique et de promotion. Samedi 4 février, le marché du miel était au cœur des travaux de l’assemblée générale organisée aux Ruralies.

Face au développement de la production frauduleuse, l’ADA veut un renforcement des mesures de contrôle de la part de l’UE.
Face au développement de la production frauduleuse, l’ADA veut un renforcement des mesures de contrôle de la part de l’UE.
© C.P.

En 2016 le prix du miel s’est effondré. Étienne Bruneau, président du groupe de travail miel du COPA-COGECA intervenu au cours de l’assemblée générale de l’association de développement apicole sur ce sujet. Samedi 4 février, devant la trentaine d’adhérents participant aux travaux annuels organisés à l’espace régional de Poitou-Charentes aux Ruralies, il est revenu sur le contexte économique et commercial dans lequel les apiculteurs ont évolué l’année passée.
Alors que les prix d’achat du miel français augmentaient de manière constante depuis cinq ans, en 2016 les apiculteurs ont été confrontés à un recul significatif, parfois même un réel désintérêt, des grossistes pour le miel français. Une tension sur les marchés difficile à comprendre. Cette même année, la production française plafonnait à 9 000 tonnes de miel.
Étienne Bruneau a offert un début d’explication en amenant ses interlocuteurs à observer le marché mondial. Ainsi, alors que la demande de miel était stable sur les cinq dernières années, la production mondiale explosait. Une croissance qui interpelle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité