Aller au contenu principal

Gestion de l’eau, canicules
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »

Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la climatologie, interpelle les élus sur la continuité écologique et le traitement des eaux usées.

Inondations à Niort, hiver 2020
Début février2020, le débit de la Sèvre niortaise a été très important, déclenchant une vigilance inondation.
© CM

On essaie de gérer un stock théorique quand il faudrait soutenir, relancer le fonctionnement d’un cycle naturel ». Par ces mots, Laurent Denise, ancien navigateur de combat dans l’armée de l’air, essaie de recentrer le débat sur l’eau autour des éléments qui lui semblent fondamentaux. « Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole », certifie-t-il au risque de déplaire. Ou pas exclusivement. « L’artificialisation des sols participe fortement à l’accélération du transfert de l’eau de pluie vers la mer, au détriment de la recharge des nappes, pose le militant. L’été les territoires sont secs, la végétation souffre. Elle ne se développe pas ».

Formé à la climatologie dans le cadre de son ancienne activité professionnelle, l’initié, résident depuis 2012 à Celles-sur-Belle, certifie : « dans cette discipline, on part du principe que c’est la végétation qui permet la pluie ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité