Aller au contenu principal

Saperfel
« Le problème est sociétal plus qu’agricole »

Considérer la parole de l’autre contribue à l’apaisement. Parce qu’ils auront pris le temps de réfléchir à leurs pratiques, les agriculteurs pourront mieux les expliquer.

© Christelle Picaud

Maintenir la production laitière dans des zones dites intermédiaires est une préoccupation qui ne date pas d’hier. Alors que le nombre d’élevages laitiers – vache – est passé en dessous de la barre des 400 en Deux-Sèvres, le Saperfel voit dans les tensions qui existent entre les agriculteurs et la société un frein de plus au développement de cette activité. Jeudi 19 décembre, à Viennay, Jean-Yves Rousselot et son équipe profitaient de l’assemblée générale de Deux-Sèvres Conseil Élevage pour libérer la parole sur ce sujet et faire émerger, par les témoignages, les comportements et actions les plus prometteurs ; ceux qui participent à l’amélioration de l’image de l’agriculture dans l’opinion publique.

Si ici où là des tensions s’expriment – Basile Baudouin, voisin de ce qui a été la Mau’zad l’été dernier à Mauzé-sur-le-Mignon, en a témoigné – il semble que les agriculteurs, le plus souvent, ressentent une pression. Traitement « à charge » de l’actualité agricole, jugent de nombreux exploitants, regards et attitudes réprobateurs de certains voisins : « Autant que possible, je ne réagis pas dans l’instant », témoigne Jean-Claude Geffard, éleveur à Coulonges-sur-l’Autize. Le producteur préfère expliquer dès qu’il en a l’occasion plutôt que répondre. Lors de repas ou de fêtes villageoises auxquels il participe, il parle de son métier. « Il faut dire les choses, confirme Véronique Patou, coach et formatrice. Pour le faire avec le recul nécessaire, il est indispensable, à tête reposée, de s’interroger sur ses pratiques et de réfléchir à comment les présenter plus que les justifier ».

Elle invite chacun à considérer que cette pression, ressentie par le monde agricole, ne lui est pas propre. « Il suffit de se rapprocher d’un service d’urgence pour comprendre que le problème est sociétal plus qu’agricole. L’individu a une fâcheuse tendance à l’empressement ».

En toute humilité et sans tabou, Fabien Susset, Marine Allain, Stéphane Faidy et Christiane Morisset ont fait part de leurs expériences. Portes ouvertes d’exploitations, marches gourmandes, animation de pages Facebook sont autant de moyens utilisés pour faire savoir ce qui se passe dans les fermes. Hormis sur les réseaux sociaux, les critiques sont rarement formulées de manière frontale. Marine, apprentie au Saperfel, anime la page Facebook « Fier de mon métier ». « Nous avons appris à prendre le temps de comprendre avant de répondre avec certitude mais sans agressivité, témoigne-t-elle. Et puis, il faut savoir abandonner. Argumenter est indispensable pour informer les lecteurs des commentaires. En revanche, il ne sert à rien de chercher à convaincre les personnes dogmatiques ». 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité