Aller au contenu principal

Eau
Le rapport du député Martin est plutôt bien accueilli par la profession

Un certain nombre de propositions des irrigants du département ont été reprises dans le rapport du député Philippe Martin sur la gestion quantitative de l’eau. Philippe Charles, président de l’Aids, parle de « pragmatisme ».

Philippe Martin, député du Gers, a remis au Premier ministre son  rapport sur « la gestion quantitative de l’eau en agriculture - une nouvelle vision pour un nouveau partage ». Le moins que l’on puisse dire est que les conclusions du rapporteur reconnaissent enfin que l’irrigation est « indispensable à la sécurisation des productions agricoles » et que « l’eau est essentielle à l’agriculture dans les zones et aux périodes où elle est, justement, la plus aléatoire ». Mais dans sa conclusion, il souligne cependant qu’« à long terme, il faut peut-être faire évoluer les pratiques agricoles vers des cultures plus économes en eau, mais cela ne se décrète pas et ne se fera pas en un jour ! À court et moyen termes, l’agriculture a besoin d’eau ».
Philippe Charles, président de l’Aids, juge le travail du député du Gers, « pragmatique, plein de bon sens, dans  la continuité de la discussion que nous avons eue avec lui, le 26 avril, à Prahecq. C’est-à-dire une discussion franche ». « Il a d’ailleurs retenu beaucoup de nos propositions », se félicite-t-il tout en rappelant « le soutien de la Draaf sur ce dossier ». Le rapport, souligne encore Philippe Charles, s’inspire d’une vision de l’agriculture proche de la nôtre : « Philippe Martin a le souci de l’économie et de l’économie agricole en particulier ». Il en veut pour preuve qu’il ne trouve pas trace dans ce travail d’une quelconque « stigmatisation des différentes formes d’agriculture ».
La reconnaissance des démarches engagées dans les territoires, la consolidation des organismes de gestion collective, la meilleure représentation des agriculteurs dans les commissions locales de l’eau ou encore la possibilité d’accroître l’irrigation même en zone de répartition des eaux vont dans le sens de cette reconnaissance du rôle de l’irrigation dans l’agriculture. Mais les irrigants attendaient plus de souplesse dans l’amélioration des contraintes administratives.
« Espérons que cela sera revu malgré tout », fait savoir Philippe Charles. La préconisation de réduire « à une période raisonnable (deux mois ) après les autorisations », les recours contre les projets de stockage de l’eau, est jugée positive.
« Les recours, même quand les réserves sont faites, sont insupportables », estime Philippe Charles.
Cependant la proposition de ne pas toucher au seuil d’autorisation pour les retenues d’eau aujourd’hui fixé à 200 000 m3 quand le seuil européen pour les études d’impact est à 10 millions de m3, n’est pas tout à fait ce qu’en attendait la profession.
Les irrigants resteront cependant « vigilants », sur les arbitrages entre le Premier ministre, d’une part, les ministères de l’Agriculture et de l’Écologie, d’autre part. Dans l’immédiat, Philipe Charles demande à Delphine Batho « de lever rapidement le moratoire sur le financement des nouvelles réserves par les agences de l’eau ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
Publicité