Aller au contenu principal

Vente directe
Le Régal fermier livre dans les entreprises

A jour et heure fixes, six agriculteurs fermiers livrent leurs clients sur leur lieu de travail. La journée de travail terminée, les salariés partent avec leur panier agrémenté à leur demande des produits proposés par les exploitants réunis sous le nom Le Régal fermier.

Amélie Belaud (à gauche) et Aurélie Piot pratiquent la vente directe.
Amélie Belaud (à gauche) et Aurélie Piot pratiquent la vente directe.
© C. P.
«Ensemble on est plus forts », résument Aurélie Piot et Amélie Belaud. Agricultrices, les deux jeunes femmes pratiquent la vente directe au sein de leur exploitation respective. La première installée à Mazières-en-Gâtine vend de la volaille fermière sous le nom Nature Gâtine, la seconde en Gaec à Moncoutant – Earl  Jarry – commercialise de la viande bovine en caissettes ou en plats cuisinés. Sur les marchés et au sein du réseau Bienvenue à la ferme, les deux commerçantes se côtoient, s’apprécient, se projettent. Elles parlent de leur clientèle respective. C’est ainsi que naît l’idée à laquelle le nom commercial Le Régal fermier doit le jour. Un client qui mange du poulet mange aussi du bœuf, des légumes, des fruits, de la confiture, du miel… En s’unissant sous un seul et même identifiant, les exploitantes espèrent augmenter leur force commerciale. De fil en aiguille, le projet se construit. Six agriculteurs s’engagent (lire en encadré). C’est dans les entreprises que le collectif aujourd’hui constitué ira chercher sa clientèle, « dans un premier temps au moins ». Très prochainement, à la chambre d’agriculture aux Ruralies, à la Maif également, les salariés pourront via le blog à leur disposition - http://leregalfermier.canalblog.com - faire leurs courses dans sept rayons. « Viande de bœuf, poulets, légumes, miel, confiture, pommes et fromages de chèvres commandés leur seront livrés sur leur lieu de travail à l’heure de la débauche », expliquent les entrepreneuses convaincues que le service est un plus pour séduire la clientèle. Actuellement en prospection, les agriculteurs membres du collectif espèrent multiplier les points de chute dans les prochaines semaines. Ce nouveau débouché s’ajouterait à ceux travaillés individuellement par chacun des exploitants. « Les produits fermiers intéressent de nombreux clients », jugent Aurélie et Amélie. Pourtant, l’une et l’autre ne se font guère d’illusion. L’attractivité du produit ne suffit pas selon elles à développer les ventes. « Pour vendre il faut aller au-devant des gens. Si l’on ne va pas chercher le client, il ne viendra pas spontanément à nous. » Les producteurs
Le Régal fermier fédère six producteurs : la Sarl le Coteau à Saint- Pardoux propose des fromages de chèvre, Dominique Praud à Airvault propose du miel, l’Earl Jarry à Moncoutant propose de la viande bovine parthenaise en caissettes ou en plats cuisinés ainsi que des confitures, Aurélie Piot à Mazières-en-Gâtine commercialise sous le nom Nature Gâtine des volailles fermières et des plats cuisinés, Laurent Savariau à Germond-Rouvre vend des légumes et Pascal Poublanc à Soutiers propose des pommes et des jus de pommes.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité