Aller au contenu principal
Font Size

Remplacement
Le Service de remplacement se professionnalise

Le SRA entend fidéliser les salariés compétents. Sept contrats à durée indéterminés sont aujourd’hui signés

Le service de remplacement investit dans l’emploi. En 2008, Hervé Pouvreau, le président de la structure deux-sévrienne a signé trois nouveaux contrats à durée indéterminée. « Des temps partiels dans un premier temps au moins, situe l’élu, qui permettent de fidéliser les collaborateurs les plus compétents et d’étendre la couverture géographique du service sur le département ».
Les sept salariés désormais engagés dans des CDI avec le SRA participent régulièrement à des formations professionnelles. Ces derniers mois, les certificats d'aptitude à la conduite en sécurité (Caces), le fonctionnement des robots de traite, les soins aux animaux... étaient les thèmes au programme de la carte formation. En 2009, afin d’accroître leurs aptitudes professionnelles, il sera proposé aux salariés de suivre un contrat de qualification. « Le développement du service dépend de leurs compétences », cadre Hervé Pouvreau convaincu qu’en Deux-Sèvres le potentiel de l’activité reste sous-exploité. Le service est méconnu, parfois mal connu regrette l’élu professionnel. Une réalité contre laquelle le conseil d’administration a décidé de lutter. 2009, sera l’année de la communication. Mailing, interventions dans les écoles, seront les moyens déployés dans l’ambition de donner confiance aux exploitants. « Il est dommage de se priver d’un tel service lorsque l’on est malade ou accidenté, en formation ou en mandat professionnel ou lorsque l’on envisage de prendre des vacances. L’intervention d’un professionnel du SRA, pour un coût maîtrisé, permet de vivre sereinement son absence de l’exploitation ».
En 2009, le tarif horaire du Service de remplacement agricole est fixé à 16,66 euros de l’heure. « C’est le tarif de base », précise le président. Dans de nombreux cas, l’exploitant bénéficie d’aides permettant d’alléger le coût de la prestation. Un remplacement contractualisé pour raison de vacances, ouvre droit à un crédit d’impôt.  Dans le cadre de la formation professionnelle, via le Casdar, l’exploitant reçoit 90 euros par jour…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité