Aller au contenu principal

Remplacement
Le Service de remplacement se professionnalise

Le SRA entend fidéliser les salariés compétents. Sept contrats à durée indéterminés sont aujourd’hui signés

Le service de remplacement investit dans l’emploi. En 2008, Hervé Pouvreau, le président de la structure deux-sévrienne a signé trois nouveaux contrats à durée indéterminée. « Des temps partiels dans un premier temps au moins, situe l’élu, qui permettent de fidéliser les collaborateurs les plus compétents et d’étendre la couverture géographique du service sur le département ».
Les sept salariés désormais engagés dans des CDI avec le SRA participent régulièrement à des formations professionnelles. Ces derniers mois, les certificats d'aptitude à la conduite en sécurité (Caces), le fonctionnement des robots de traite, les soins aux animaux... étaient les thèmes au programme de la carte formation. En 2009, afin d’accroître leurs aptitudes professionnelles, il sera proposé aux salariés de suivre un contrat de qualification. « Le développement du service dépend de leurs compétences », cadre Hervé Pouvreau convaincu qu’en Deux-Sèvres le potentiel de l’activité reste sous-exploité. Le service est méconnu, parfois mal connu regrette l’élu professionnel. Une réalité contre laquelle le conseil d’administration a décidé de lutter. 2009, sera l’année de la communication. Mailing, interventions dans les écoles, seront les moyens déployés dans l’ambition de donner confiance aux exploitants. « Il est dommage de se priver d’un tel service lorsque l’on est malade ou accidenté, en formation ou en mandat professionnel ou lorsque l’on envisage de prendre des vacances. L’intervention d’un professionnel du SRA, pour un coût maîtrisé, permet de vivre sereinement son absence de l’exploitation ».
En 2009, le tarif horaire du Service de remplacement agricole est fixé à 16,66 euros de l’heure. « C’est le tarif de base », précise le président. Dans de nombreux cas, l’exploitant bénéficie d’aides permettant d’alléger le coût de la prestation. Un remplacement contractualisé pour raison de vacances, ouvre droit à un crédit d’impôt.  Dans le cadre de la formation professionnelle, via le Casdar, l’exploitant reçoit 90 euros par jour…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
Publicité