Aller au contenu principal
Font Size

Le sol, un riche garde-manger à entretenir

La fertilité d'un sol dépend de sa faune, de sa structure, de sa composition et de sa préservation par la rotation, les cultures et les inter-cultures.

La présence de vers de terre dans le sol est essentielle pour assurer sa fertilité car ils fabriquent 
du complexe argilo-humique.
La présence de vers de terre dans le sol est essentielle pour assurer sa fertilité car ils fabriquent
du complexe argilo-humique.
© Sylvie Beausse

Une journée sur la fertilité des sols était organisée par les chambres d’agriculture régionale et départementale et Océalia le 19 mai à Saint-Georges-de-Rex dans le cadre d’Ecophyto. C’était l’occasion pour les agriculteurs présents de faire un point concret au sein de quatre ateliers sur le fonctionnement du sol afin de mieux le comprendre, de connaître ses composantes, son état et d’évoquer les moyens pour l’améliorer.

Les ingénieurs du sol
« On a mesuré en moyenne 50 kg/ha de ver de terre en grandes cultures et jusqu’à 2,5 tonnes/ha en prairies permanentes selon les macroporosités biologiques et la décomposition des résidus », explique Sébastien Minette devant la fosse pédologique créée dans la parcelle de Raphaël Goudeau. Et si dans la terre de groie de Saint-Georges-de-Rex ils sont moins nombreux que dans les bornais, il s’agissait de rappeler qu’en offrant au ver de terre le gîte, on peut préserver leur nombre, comme une réduction du travail du sol en nombre et en profondeur pour préserver leur habitat, et le couvert, en amenant de la matière organique ou des pailles et en diversifiant les cultures. « Ils fabriquent du complexe argilo-humique mais certains engrais comme les sulfates d’ammonium et des produits phytos, notamment les nématicides, acaricides et insecticides, sont néfastes à leur activité », observe Marion Vigot. « Le sol est aussi une réserve de bactéries, comme les rhizobium, qui vivent en symbiose avec les légumineuses formant des nodosités qui fixent l’azote de l’air », ajoute Diane Rakotomanga de la CA79, rappelant que les bactéries peuvent aussi aider à stimuler les cultures et à décomposer les matières organiques du sol.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 3 juin 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité