Aller au contenu principal

Massif central
Le Sommet de l’élevage dans la fleur de l’âge

Les 5, 6 et 7 octobre, le Sommet de l’élevage va prendre possession de la Grande Halle d’Auvergne à Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme. Concours, expositions et présentations auront une saveur particulière, celle des 20 ans.

La 20e édition du Sommet de l’élevage s’ouvrira le mercredi 5 octobre. 	    (Photo d’archives)
La 20e édition du Sommet de l’élevage s’ouvrira le mercredi 5 octobre. (Photo d’archives)
© S. G.

C’est dans une ambiance commerciale plus favorable que les organisateurs préparent la vingtième édition du Sommet de l’élevage, le premier salon européen des races à viande. Rendez-vous est pris pour les mercredi 5, jeudi 6 et vendredi 7 octobre, à la Grande Halle d’Auvergne, avec au programme, les traditionnels concours de races, les nombreuses présentations animales, et un plateau d’exposition riche de ses 1250 exposants. En 2011, l’événement accueillera le concours national de la race limousine, l’eurobrune et les concours nationaux des races ovines texel et grivette.Reconnu pour rassembler le top de la génétique animale française, le Sommet de l’élevage propose également une offre complète pour toutes les filières d’élevage sur plus de 150000 m² d’exposition : machinisme agricole, équipements, fournitures ou services pour l’élevage, tous les principaux acteurs français ou étrangers seront présents.


Défendre l’herbe et la montagne
Cette année, plus de 2000 m² de surfaces couvertes supplémentaires seront aménagés. Les halls bovins viande, bovins lait et ovins en seront les principaux bénéficiaires avec des rings plus grands et des stands plus nombreux.Du côté de l’international, le Sommet poursuit son développement, avec l’accueil de nombreuses délégations. 2500 visiteurs étrangers provenant de 60 pays sont attendus. Le club international sera reconduit, au même titre que les rencontres franco-africaines, portées par l’association AFDI. Toujours en phase avec l’actualité agricole, l’événement accueillera un programme de conférences ambitieux. A l’approche d’échéance électorale cruciale, il y a fort à parier que les personnalités politiques seront nombreuses à arpenter les travées du Sommet en 2011. En coulisses, on parle même, de plus en plus sérieusement d’une possible inauguration par le président de la République en personne. Ce serait la seconde fois qu’un chef de l’Etat participerait au Sommet de l’élevage, le premier ayant été Jacques Chirac en 2006. De quoi asseoir, si tenté que cela soit encore nécessaire, la notoriété d’un événement professionnel d’envergure. Depuis le début, les pouvoirs publics ont été présents au Sommet de l’élevage. Peu de ministres de l’agriculture ont en effet manqué l’événement, qui s’attache à défendre la politique de l’herbe et de la montagne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité