Aller au contenu principal

Le sous-préfet de Parthenay à l’écoute des problématiques du secteur agricole

La Fnsea 79 avait invité Grégory Kromwell, sous-préfet de Parthenay, sur l’exploitation de Sébastien Pelletier, à La Peyratte, le 3 décembre pour discuter des problématiques rencontrées par les agriculteurs locaux.

La Fnsea 79 a invité le sous-préfet de Parthenay, sur l’exploitation de Sébastien Pelletier, à La Peyratte.
La Fnsea 79 a invité le sous-préfet de Parthenay, sur l’exploitation de Sébastien Pelletier, à La Peyratte.
© N.C.

«Le principal problème de l’exploitation réside dans la rentabilité de l’atelier de nos 700 chèvres », a expliqué Sébastien Pelletier, installé en Earl avec sa mère, à La Peyratte. « Même avec des hausses significatives depuis un an et demi, le prix du lait ne nous permet pas de dégager suffisamment de revenu », a-t-il indiqué. Pour Nathalie Maudet, membre de la section caprine, « il nous manque toujours 40€/1000 l et les laiteries notamment nos coopératives manquent d’entrain à aller chercher cette valorisation ».
Grégory Kromwell, sous-préfet de Parthenay, a été clair :
« Il me semble que vos outils coopératifs ont perdu leurs fondamentaux et fonctionnent aujourd’hui comme des industriels privés. Ils font venir du lait d’Espagne et ne sont pas capables de vous rémunérer décemment. Il y a un sérieux problème sur ce dossier-là. »

Stop aux contraintes
Sébastien Pelletier a témoigné ensuite des difficultés du monde agricole avec la réglementation sur l’emploi. Lui-même emploie une apprentie. « Je suis obligé de la cantonner à la traite et aux soins des animaux, je ne peux pas lui demander de conduire des engins agricoles ». Et puis ajoutait-il,  « je vis dans l’inquiétude des contrôles ». Ce qu’a fait dire à Sylvie Macheteau, : « On est en train de tuer l’apprentissage alors que dans le monde agricole c’est une nécessité pour former de futurs jeunes agriculteurs ».  D’autres comme François Chauveau ont fait le parallèle avec la directive nitrates : « On a oublié le bon sens paysan ».
Sébastien Pelletier a ensuite indiqué au sous-préfet ses besoins en eau pour l’irrigation, le risque de baisse de sa surface avec le projet de déviation de Parthenay. Sylvie Macheteau lui a demandé « de favoriser les discussions entre les agriculteurs et les élus locaux pour aboutir à des projets de territoire ». Celle-ci argumentant que la Fnsea 79 « n’est pas contre la création de nouvelles infrastructures,
« mais il doit y avoir discussion avec les élus pour la mise en place de compensations agricoles ». Le sous-préfet a été très à l’écoute de cette proposition et s’est dit « volontaire pour travailler sur ce sujet ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité