Aller au contenu principal

Paroles de jeunes
Le soutien de toute une communauté pour aider Adrien à s’installer

Qu’il s’agisse de sa fiancée, qui l’a accompagné dans son changement de vie, de la commune du Tallud, qui l’a aidé à s’installer, ou encore de dizaines d’anonymes, Adrien Perzo a reçu énormément de soutiens pour s’installer en micro-ferme maraîchère bio.

Adrien Perzo
© Carole Mistral

Il faut avoir de l’imagination lorsqu’on se rend sur la parcelle de 2 ha d’Adrien Perzo, au Tallud. Délaissée depuis des dizaines d’années et cédée au jeune homme par la commune à de très bonnes conditions (bail de commodat sur une partie des terres et bail de petite parcelle sur une autre), il aura fallu du temps et de l’huile de coude pour la rendre viable. La commune, au-delà du coup de pouce financier, a même prolongé sa contribution en lui curant une mare lui permettant d’accéder à 800 m3 d’eau.

Mais Adrien est exactement là où il souhaitait être. Au grand air, au plus près de la nature. Car le jeune homme de 24 ans s’est cherché avant d’atterrir sur ce petit bout de terre. D’un apprentissage en pâtisserie chez les compagnons, il s’est retrouvé en service civique puis dans des colos, a suivi une formation de tourneur-fraiseur, a trouvé un travail de nuit à la laiterie de Saint-Loup puis dans une boîte de thermoformage. « Je me faisais de bonnes payes mais il n’y avait rien de cool dans ces métiers-là. Je m’ennuyais, relate-il. Et puis, un jour, en ramassant mes tomates, j’ai eu une révélation ».

Des activités diverses

Soutenu par sa fiancée Marine, il s’inscrit à Pôle emploi et trouve une formation de dix mois de technicien agricole en maraîchage et arboriculture bio à la MFR de Saint-Loup, qui s’est achevée en octobre, tout en menant en parallèle son parcours à l’installation. Depuis quelques jours, son activité a commencé à prendre forme, avec la plantation d’une centaine d’arbres fruitiers, financée par une cagnotte Leetchi à hauteur de 1 100 euros. Des incontournables comme des pommiers, poiriers ou autres framboisiers mais aussi quelques plaqueminiers (pour le kaki), goyaviers du Brésil et poivriers du Sichuan. Une première étape dans son projet de micro-ferme maraîchère et arboricole bio en vente directe sur le principe de la permaculture.

Ce papa de deux enfants veut aussi implanter un hectare de cultures en plein champ, avec une partie sous serre, et installer 150 poules dans la partie verger. « Elles vont entretenir le jardin, manger les fruits qui vont tomber en été et ainsi limiter la propagation des maladies. Ça ne demande pas trop d’entretien, c’est un revenu plus ou moins sûr car elles produiront des œufs de manière régulière et ça me fera un peu de compagnie », sourit le jeune exploitant.

Facebook, relais de com’

Pour mener à bien son projet, Adrien a été très entouré. « On a créé une page Facebook sur le projet, la petite ferme de doudou pour 2020, et les retours ont été extraordinaires. Par ce biais, nous avons reçu beaucoup de commentaires positifs et en avons profité pour faire le relais des cagnottes Miimosa et Leetchi. Mais au-delà, de nombreuses personnes se sont manifestées pour nous aider, à leur façon. Un agriculteur nous a donné un bouc et une chèvre qui entretiendront la parcelle, un autre a fourni des semences de tomates bio, beaucoup ont offert un coup de main. Une mobilisation incroyable », s’enthousiasme Marine, qui suit de très près le projet et qui n’exclut pas, dans les années à venir, de rejoindre Adrien sur l’exploitation.

Car le jeune agriculteur fourmille de projets. Après un temps d’adaptation, il souhaite notamment monter un petit marché de producteurs, sur le modèle de Légumes and Co, à Combrand. En attendant, il peaufine son projet. Plusieurs restaurateurs du coin, mais pas que, se sont rapprochés de lui, de même que la cantine scolaire, qui distribue 160 repas par jour. Des discussions sont également en cours avec le maire pour vendre ses produits une fois par semaine sur le parking de l’école. Une bienveillance et un soutien qui touche le couple et qui donne un coup de boost à celui qui découvre un métier mais aussi la solidarité qui va avec.

 

Adrien Perzo
Adrien Perzo a passé beaucoup de temps à remettre en état sa parcelle au Tallud. Il espère que son exploitation sera une porte d’entrée vers l’agriculture. « Je veux créer un lien avec les clients et surtout une sensibilisation à l’environnement auprès des enfants comme des plus grands », présente-il.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité