Aller au contenu principal

Grandes cultures
Le spectre d’une pénurie d’engrais azotés se profile

La flambée des prix de l’énergie et la demande internationale en hausse participent à l’envolée des coûts de l’urée, de l’ammonitrate et des solutions azotées. Leur disponibilité inquiète les acteurs du secteur.

La sous-fertilisation et la modification des assolements pourront être des conséquences de la hausse des prix de l’engrais et des difficultés d’approvisionnement.
© Nadège Petit @agri-zoom

«Nous sommes très inquiets à propos de la hausse des prix mais aussi des risques de pénurie d’engrais ». Ces mots, ce sont ceux d’Éric Thirouin, le président de l’AGPB (producteurs de blé, Fnsea). Mais il n’est pas le seul à faire part de ces craintes dans la filière grandes cultures. Coopératives, négoces et analystes ne cachent pas leurs inquiétudes sur l’évolution du marché des engrais azotés.

Selon les chiffres dévoilés par FranceAgriMer le 13 octobre, la solution azotée atteint 615 €/t, contre moins de 180 €/t un an plus tôt. Pour les agriculteurs, cela revient à une augmentation du poste engrais azotés de 150 à 200 €/ha, à comparer aux 100 à 150 €/ha initiaux. Une charge supplémentaire conséquente.

Toutes ces industries-là travaillent sur la base gaz en référence.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
PaillÔtop, le matériel qui botte les éleveurs
Le Gaec du Vieux Chêne, à Luché-Thouarsais, utilise la pailleuse automatique d’ALB Innovation depuis le début de l’année. L’…
Publicité