Aller au contenu principal

MSA
Le statut de collaborateur d’exploitation ou d’entreprise : un choix sur le long terme

Le choix d’un statut est obligatoire pour les personnes qui travaillent régulièrement sur l’exploitation de leur conjoint. Avec le statut de collaborateur, elles ont l’assurance d’être protégées en cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle.

Être déclaré conjoint collaborateur permet l’ouverture de droits à la retraite et de protection en cas d’accident notamment.
© Teo Lannie - CCMSA Service Images

Il arrive que les personnes mariées, pacsées ou en concubinage avec un exploitant ou un entrepreneur agricole (exerçant à titre individuel ou sous forme sociétaire), dont elles sont l’ayant droit, travaillent régulièrement sur l’exploitation ou dans l’entreprise agricole de leur conjoint, sans être rémunérées. De ce fait, elles se retrouvent sans aucun statut. Pourtant, même si elles exercent une activité salariée en dehors de l’exploitation ou de l’entreprise, elles peuvent prétendre au statut de collaborateur.
Ce statut est également accessible en cas de participation à l’activité non-salariée non agricole du conjoint, partenaire Pacs ou concubin, s’il est affilié au régime agricole pour l’ensemble de ses activités (agricoles et non agricoles).

En travaillant de manière informelle, il n’est pas possible de bénéficier de droits individuels (accident du travail et maladie professionnelle, invalidité, allocation de remplacement maternité, retraite, formation) et donc d’être protégé face aux aléas de la vie professionnelle et personnelle. En revanche, être reconnu comme conjoint collaborateur apporte de nombreux avantages.

Ainsi, c’est l’assurance d’être pris en charge pour les risques liés aux accidents du travail et aux maladies professionnelles (Atexa), de bénéficier d’une dispense totale de frais pour l’ensemble des soins médicaux liés à un accident ou à une maladie professionnelle et d’une rente en cas d’incapacité totale de travail. L’obtention du statut permet aussi d’avoir accès à la formation professionnelle continue et de bénéficier de prestations vieillesse constituées d’une retraite forfaitaire, d’une retraite proportionnelle et d’une retraite complémentaire.

La nouveauté

Depuis le 28 octobre 2019, la loi Pacte oblige le chef d’exploitation à déclarer l’activité professionnelle régulière et le statut choisi par son conjoint, partenaire Pacs ou concubin, au sein de l’exploitation ou de l’entreprise agricole auprès du centre de formalités des entreprises (CFE) compétent :
- lors de la création de l’exploitation ou de l’entreprise agricole ;
- en cas de modification de la situation de l’exploitation ou de l’entreprise agricole tenant à la situation du conjoint, concubin ou partenaire Pacs dans les deux mois à compter du changement.

La déclaration auprès du CFE ne supprime pas les démarches à réaliser auprès de la MSA, en ce qui concerne l’affiliation.
À défaut de déclaration d’activité professionnelle, le conjoint, concubin ou partenaire Pacs ayant exercé une activité professionnelle de manière régulière au sein de l’exploitation ou de l’entreprise agricole est réputé l’avoir fait sous le statut de salarié de l’exploitation ou de l’entreprise agricole.

RETROUVEZ ICI LE FORMULAIRE DE DÉCLARATION DE CONJOINT COLLABORATEUR

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité