Aller au contenu principal

Tour de France
« Le Tour de France et les agris ont un lien fort et naturel »

En ce début de semaine, le Poitou-Charentes sera en selle pour trois jours festifs, les 7, 8 et 9 septembre. Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France, a rappelé le lien qui existe depuis toujours entre cet événement et le monde agricole.

Christian Prudhomme a rappelé que les grands champions de l’âge d’or du cyclisme français sortaient des fermes.
© L.G.

«Le Tour de France est le seul sport que l’on peut regarder même si on n’aime pas le vélo. On découvre le territoire, des terroirs, des produits », a souligné Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France, lors de sa venue au Conseil départemental de Charente-Maritime, début juillet. Pour lui, « le Tour de France, par sa prise de vues aériennes, est la seule épreuve qui montre la totalité de la France. Ce n’est pas 50 % des villes et 50 % des campagnes, mais 95 % du territoire qui est rural. C’est la réalité. Je n’avais pas conscience de cette ruralité, il y a 8 ou 10 ans. Les gens sont fiers de cette ruralité. Quand je vois les agriculteurs écrire sur leurs fresques “agriculteurs fiers de vous nourrir”, cela me donne la chair de poule. C’est quelque chose d’incroyablement fort. Le lien avec les agriculteurs est naturel ».
Un attachement d’autant plus fort que Christian Prudhomme s’est remémoré le soutien des agriculteurs lors des affaires de dopages qui avaient ébranlé le monde du cyclisme. « Le monde agricole avait dit “restez fort”. Cette année, avec cet épisode de Covid-19, le Tour va leur dire “on est toujours à vos côtés” ». Le thème de cette année, Le Tour dit merci aux agriculteurs !, a été remanié consécutivement à la crise sanitaire. « C’est une belle reconnaissance de la deuxième ligne que nous sommes : produire pour nourrir les Français, en quantité, en qualité, en diversité », a souligné Christiane Lambert, lors d’une visite en juin, à Nice.

Un concours pour valoriser les agriculteurs

Un brin nostalgique, le directeur du Tour a retracé rapidement l’âge d’or du cyclisme français. « C’était l’époque où les champions sortaient des fermes : Raymond Poulidor, avait des parents métayers, Bernard Thévenet a passé ses premiers mois dans une ferme qui s’appelait “le Guidon” et Bernard Hinault a été éleveur. Le lien entre le Tour de France et la terre est très fort, notamment avec le concours Les agriculteurs aiment le Tour ».
Christian Prudhomme a ainsi rappelé l’histoire de ce concours. « Jean-Michel Lemétayer (ancien président de la Fnsea de 2001 à 2010, NDLR) et Jean-Marie Leblanc, mon prédécesseur, avaient eu cette idée en disant que les agriculteurs font des tas de choses dans les champs. Ils se sont dit pourquoi pas organiser un concours ». Il souligne la réalisation de « fresques incroyables qui demandent des centaines d’heures de travail avec une mobilisation d’agriculteurs, qui ont déjà beaucoup de travail sur leur exploitation. Ils prennent du temps pour nous régaler les yeux ».
Cette douzième édition du concours mobilisera de nouveau des fédérations départementales Fnsea pour concevoir des tableaux gigantesques, capables d’envoyer aux téléspectateurs du monde entier le message des terroirs mis en valeur par les agriculteurs français. Pour ce Tour de France, 18 fédérations départementales feront preuve d’originalité, de créativité pour remporter le concours.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité