Aller au contenu principal

Colloque
Le xxie siècle sera celui de l’agriculture qui produit plus et mieux avec moins

La chambre d’agriculture avait invité Bruno Parmentier, économiste et directeur du groupe ESA d’Angers pour son colloque de printemps.

Bruno Parmentier a présenté l’agriculture de XXIe siècle.
Bruno Parmentier a présenté l’agriculture de XXIe siècle.
© Sylvie Beausse
Les 165 participants au colloque, organisé par la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres le 22 avril à Saint-Gelais, ont assisté à un cours d’économie théâtral, mis en scène par Bruno Parmentier économiste et directeur de l’école supérieure d’agriculture d’Angers (ESA).
Bruno Parmentier a tout d’abord fait un tour d’horizon de la planète agricole au xxe siècle où l’on pensait que l’on produisait trop, où les politiques ont instauré les quotas, les jachères…, que les cours mondiaux étaient bas et réguliers, où l’on mangeait en France pour pas cher en s’attachant plus à la qualité. Et puis il a fait basculer la salle vers le xxie siècle. « Tout a changé en juillet 2007. Bienvenue dans les prix hauts et volatils. La planète manque de céréales mais aussi de lait, d’oléagineux. Les stocks sont au plus bas et les pays qui en ont les conservent, la population mondiale poursuit son ascension et les gens ont faim. Il faudrait produire beaucoup plus dans le monde pour nourrir 9 milliards d’habitants. » Un tableau alarmant dressé par Bruno Parmentier d’autant qu’il constate ensuite que les outils du siècle précédent ne fonctionneront plus.

Moins d’eau, moins de terre, moins d’énergie
La terre, « nous ne cultivons, que 12 % de la surface du globe sur 13 milliards d’hectare, et cette surface diminue en quantité avec l’urbanisation, l’érosion et en qualité, avec les contaminations, la salinisation, la baisse de matières organiques et de biodiversité ».
L’eau douce, autre outil de production, ne représente que 2,5 % de l’eau de la planète et les deux tiers sont gelés. « Un champ sur 7 est irrigué dans le monde et il y a déjà 44 000 barrages à entretenir, on peut en construire quelques autres mais il faut des moyens. »
Et l’énergie, « plus de pétrole, les agrocarburants, dits de première génération, ne répondent pas aux attentes. Manger ou conduire, il faut choisir, en attendant les possibles valorisations de la biomasse, des déchets végétaux qui consomment peu d’eau, peu d’énergie et qui poussent ailleurs que dans les champs cultivés. »
Après avoir dressé ce tableau noir, Bruno Parmentier propose une éclaircie pour les agriculteurs et citoyens. « Il faudra produire toujours plus et mieux mais avec beaucoup moins. Il faut remettre l’agriculture et l’alimentation au cœur des priorités des Européens, faire travailler ensemble agronomes et écologues. »

L’agriculture et l’alimentation
 au cœur des priorités
Pour y arriver, l’économiste propose d’utiliser des méthodes de production efficaces et moins agressives, des techniques sans labour, des rotations plus longues et de rechercher les associations d’espèces, de variétés, de cultures qui se protègent entre elles, de mieux gérer l’eau et d’enrichir la terre.
« Il faut signer un accord avec les vers de terre et les abeilles mais en même temps rechercher de nouvelles technologies offertes par la génétique pour cultiver des plantes qui poussent avec moins d’eau ou sur des terres salées, dans le désert, ou d’autres qui produisent plus de protéine, de vitamines, qui dépolluent les sols, etc. »
Pour l’économiste, il faut aussi que chaque citoyen gaspille moins, mange moins, lutte vraiment contre l’obésité, pour partager mieux les ressources de la planète. Et c’est avec un encouragement pour les agriculteurs qu’il a conclu son intervention « Il n’y aura pas de métier plus important au monde au xxie siècle qu’agriculteur, tenez bon ».
Sylvie Beausse
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
Publicité