Aller au contenu principal

L’économie de l’élevage soignée par le bien être animal

Thierry Hetreau revient sur les éléments qui dans la conduite d’un troupeau favorisent le bien être animal. Pour échanger avec cet éleveur vétérinaire, généreux en conseils et astuces, cliquez sur le lien ci-dessous et inscrivez vous à la soirée qui aura lieu mardi 18 septembre (20h), à Moncoutant, en marge du concours national de la race blonde d’Aquitaine. La chambre d’agriculture vous invite.

Thierry Hetreau
Thierry Hetreau
© Chambre d'agriculture

Pourquoi avoir réalisé ce film ?
Thierry Hetreau : Le film est co-produit avec Patrick Morel. Nous l’avons réalisé pour le monde agricole. C’est une histoire qui met en avant les pratiques favorisant le bien-être des bovins, qui aborde de manière scientifique la douleur chez la vache, retrace les visions philosophiques des rapports homme-animal. Nous souhaitions que les éleveurs s’approprient le bien-être animal.

Entre l’éleveur et l’animal, y a-t-il une relation riche ?
À travers ce film, nous avons voulu mettre en évidence la relation riche et intéressante que les éleveurs tissent avec leurs animaux, ce savoir empirique acquis au quotidien. Le film aborde plusieurs situations potentiellement douloureuses pour l’animal… et stressantes pour l’éleveur. Les éleveurs n’ignorent pas la douleur de leurs bêtes, ils se penchent sur leur rapport à l’animal et sur l’image qu’ils se font de leur activité.

Existe-t-il une corrélation entre bien-être animal, taille du troupeau et résultats économiques dans les élevages ?
Le bien-être des animaux est surtout une question d’organisation. La taille du troupeau n’est pas un facteur de bien-être ou mal-être. Le monde agricole adapte ses pratiques à l’évolution de la taille des troupeaux. Avec de petits effectifs, on pouvait brosser chaque vache. Aujourd’hui, on n’a plus le temps. Les éleveurs installent des brosses dans les stabulations, contre lesquelles les animaux viennent se frotter. En considérant le temps passé par animal, le bien-être peut être rentable. En effet, on passe 80 % du temps à s’occuper de 20 % des animaux qui présentent une maladie. Si le bien-être sécurise la santé des animaux, alors il est un atout pour l’élevage.

Que répondez-vous aux critiques actuelles ?
Ce documentaire participe à la défense des professionnels de l’élevage. Face aux critiques qui heurtent et blessent, notamment les campagnes anti-élevage, nous donnons un message positif, qui montre que les éleveurs ont un intérêt au bien-être de leurs animaux, ils les font naître, les élèvent. Les personnes « anti-élevage » ne représentent qu’un petit pourcentage de la population. Il y a un besoin d’informer les consommateurs et les citoyens sur le beau métier d’éleveur.

Soirée gratuite et ouverte à tous. Inscription obligatoire sur www.deux-sevres.chambre-agriculture.fr.

https://deux-sevres.chambre-agriculture.fr/techniquesinnovations/productions-animales/soiree-bien-etre-animal

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité