Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Légumes de plein champ : pour ceux qui sont autonomes en fertilisation

Cinq exploitations en polyculture-élevage, en bio, de Vendée, et une des Deux-Sèvres valorisent les matières organiques de leur ferme grâce à la culture de légumes. Antoine Biteau du Gaec Les Rocs à Saint-Mesmin, en Vendée, initiateur de la démarche, témoigne.

Julien Grellier, Jean-Marie Roy, Vincent Frappier et Antoine Biteau (de gauche à droite), les quatre associés du Gaec Les Rocs, à Saint-Mesmin, en Vendée, dans leur champ de poireaux.
Julien Grellier, Jean-Marie Roy, Vincent Frappier et Antoine Biteau (de gauche à droite), les quatre associés du Gaec Les Rocs, à Saint-Mesmin, en Vendée, dans leur champ de poireaux.
© Gaec Les Rocs

«La polyculture-élevage est un fabuleux atout pour faire autre chose, assure Antoine Biteau, du Gaec Les Rocs à Saint-Mesmin . On a la matière organique et une terre reposée, en prairie, sur trois, quatre, voire sept ans ». Au départ à la retraite de son oncle, il y a trois ans, Antoine envisageait de développer des cultures de lentilles, de quinoa ou de soja, sur la ferme. Mais Vincent Frappier, intéressé par un projet d’installation sur le Gaec, était formé au maraîchage. Les quatre associés se sont alors lancés dans la culture de légumes de plein champ. « L’installation de Vincent a été le déclencheur. On a démarré avec 1 ha de poireaux, puis on a ajouté des pommes de terre, puis des oignons et des pois chiches », énumère Antoine.

Dès le départ, le Gaec Les Rocs expose son idée à d’autres éleveurs en polyculture et en bio, comme eux. Cinq autres exploitations sont intéressées par la démarche. À elles six, elles ont créé la SAS Champ du possible, pour mutualiser les moyens de production, les outils, et pour commercialiser leurs productions, via Fleury Michon. « C’était notre idée, au Gaec Les Rocs, mais sans la dynamique de groupe, je ne sais pas si ça se serait fait », admet Antoine Biteau. L’objectif, aujourd’hui, est de multiplier les partenaires commerciaux de la SAS.

« Le maraîchage de plein champ, c’est très rémunérateur mais c’est beaucoup de travail, énormément de temps à investir. Les périodes de pointe pour les légumes sont les mêmes pour le foin et pour d’autres cultures. Les différentes plantations se font donc concurrence. Et l’irrigation est indispensable », atteste Antoine. Mais cela vaut le coût ! « Les légumes de plein champ sont une culture à forte valeur ajoutée ; les marges sont très intéressantes. On gagne de 10 000 à 25 000 €/ha (de chiffre d’affaires), selon les années. Heureusement, vu le travail que cela représente », constate Antoine. Il rappelle que le Gaec n’a pas trop de recul, pour le moment. « Le résultat des légumes de plein champ doit représenter un quart du résultat de l’exploitation, pense le quadragénaire. Ramené à la surface, ce n’est pas mal du tout (7 ha sur 185) ! Notre bon résultat économique, c’est un équilibre global de tout l’ensemble. Si on n’avait pas les vaches, ça ne marcherait pas aussi bien. Tout se tient. On ne peut pas bien dissocier les activités ».

Techniquement, les poireaux et les pommes de terre allongent la rotation, et ils sont économes en intrants puisque le Gaec Les Rocs est autonome en fertilisants... ce qui représente un intérêt écologique et économique. Quant au rendement, les deux premières années de poireaux ont été exceptionnelles : le rendement était plus élevé qu’ailleurs, que ce soit en bio ou en conventionnel, certifie Antoine. Autre atout de cette diversification : « nous ne sommes pas comme les grands maraîchers, nous ne subissons pas de pression parasitaire car il peut se passer dix ans avant qu’une même espèce soit cultivée sur une même parcelle », explique Antoine Biteau.
Si l’agriculture diversifiée, que pratiquent les exploitations de la SAS Champ du possible, véhicule une bonne image de l’agriculture, en général, selon Antoine, il ajoute qu’en plus, « on crée de l’emploi », via l’embauche de saisonniers. « C’est valorisant. On est assez fiers », s’exclame-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité