Aller au contenu principal
Font Size

Festival
L’élevage et la gastronomie font leur festival

Le Festival de l’élevage et de la gastronomie aura lieu du 25 au 27 septembre au marché à Parthenay. Point d’orgue : le concours national de la race parthenaise.

Serge Bonnanfant, président du Festival de l’élevage.
Serge Bonnanfant, président du Festival de l’élevage.
© DR

La dernière manifestation organisée par le Festival de l’élevage date de 2005. Cette année-là étaient organisés le concours national de la race parthenaise et le national blonde d’Aquitaine qui avait donné un grand retentissement à la manifestation.

Cette année, les 25, 26 et 27 septembre, le festival aura pour animation phare le concours national de la race parthenaise. Ce qui explique qu’il soit revenu à Serge Bonnanfant de présider l’association qui organise ces trois jours de festivités. Outre le spécial parthenaise, avec ses 250 à 300 animaux, les éleveurs de la race normande organisent leur concours interdépartemental, avec 50 animaux provenant de 20 à 25 élevages. Les éleveurs d’ovins rouges de l’Ouest organisent eux aussi un concours interrégional avec 80 animaux. Des blondes d’Aquitaine, des vendéens, chamoises, suffolk et poitevines seront présentées au public, ainsi que des races mulassières. 120 éleveurs au total présenteront environ 500 animaux sur le champ de foire de Parthenay.

Une nouvelle dimension va être donnée au Festival de l’élevage qui se veut aussi cette année celui de la gastronomie. Bienvenue à la ferme y occupera une place de choix. Mais aussi des magasins comme Saveurs en Gâtine, à Parthenay, ou la Fédération de la boulangerie, le Syndicat des producteurs de pommes, l’Association de promotion de la viande parthenaise, l’Agneau de Poitou-Charentes, la Viette et ses produits laitiers… Des dégustations de produits carnés et laitiers sont prévues et un repas gastronomique est prévu, le 26 septembre. Des apprentis bouchers du CFA de Niort montreront leur savoir-faire en matière de préparation de la viande bovine. « On a besoin de bouchers, alors si cette manifestation peut susciter des vocations… », lançait le président Serge Bonnanfant. 

Troisième pilier de la manifestation : la haie. Si mettre en valeur les animaux et la gastronomie est la raison d'être de cette invitation aux ruraux et aux citadins, le conseil général, la chambre d’agriculture, Prom’haie, la fédération de la chasse et les Cuma vont, chacun dans son rôle, promouvoir cet élément du patrimoine local de la Gâtine. « Si on veut des haies, il faut garder notre élevage », estime Serge Bonnanfant. Ce qui n’a pas échappé à Pascal Bironneau, conseiller général du canton de Saint-Loup, pour qui « il n’y a pas d’élevage sans haie ».

Des expositions de matériel sont également prévues de même que des démonstrations de chiens de bergers et d’attelages de chevaux et enfin, une exposition de photos grand format (3 m X 5 m). Des visites spéciales seront organisées pour les enfants de la ville de Parthenay. Entrée gratuite.

 


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Publicité