Aller au contenu principal

L’élevage ovin à la croisée des chemins

Le Brexit ne sera pas sans conséquences sur la filière ovine. Pour Jean-Louis Vollier, directeur du GIE ovin du Centre-Ouest, les craintes sont nombreuses.

"Notre filière doit maintenant être très réactive pour sortir gagnante de cette situation », déclare le directeur du GIE ovins.
"Notre filière doit maintenant être très réactive pour sortir gagnante de cette situation », déclare le directeur du GIE ovins.
© Stéphane Leitenberger

«Je suis inquiet ». Lorsqu’on lui demande ce que lui inspire la sortie du Royaume-Uni de l’UE, Jean-Louis Vollier est du genre direct. Il faut dire que depuis les années quatre-vingt et la déstabilisation du marché français par l’arrivée en masse de viandes britanniques et néo-zélandaises, un équilibre avait été trouvé : « le Royaume-Uni était le premier pays exportateur de viande ovine vers la France, et la France était le deuxième fournisseur de produits laitiers du Royaume-Uni. Avec le Brexit, cet équilibre risque de voler en éclats et la dévaluation de la livre rendra peut-être les Britanniques plus agressifs sur les marchés », explique le directeur du GIE Ovin du Centre-Ouest.

Méfiance vis à vis de la grande distribution
À cela s’ajoute le fait que la majeure partie des entreprises exportatrices de viandes anglaises est dirigée par des Irlandais, pays membre de l’UE. « Si l’Irlande a moins facilement accès au marché britannique, elle viendra prospecter sur le reste de l’Europe ».

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 29 juillet 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
La pétition reste ouverte pour complément d’enquête
Le collectif BNM a défendu devant la commission PETI un examen approfondi du dossier des réserves.
Publicité