Aller au contenu principal

Conjoncture
L’embellie se poursuit pour l’agneau

D’après les chiffres de FranceAgriMer, les cours de l’agneau ont atteint 7,65 euros début avril au moment de Pâques. Après une année 2020 marquée par une manque d’offre, le maintien des cours serait plutôt lié à une demande soutenue.

Malgré une hausse de la production en ce début d’année, l’offre n’est pas assez importante pour soutenir la demande, ce qui entraîne une hausse des prix. Une bonne nouvelle pour les éleveurs, à condition qu’elle ne détourne pas les consommateurs vers d’autres viandes, moins chères.
© Ciirpo

Même en cette période festive où les prix sont traditionnellement hauts, « ces niveaux de prix n’ont jamais été observés », s’étonne Cassandre Matras, responsable de projets au sein de l’Idele. Début avril, les cours de l’agneau ont atteint 7,65 euros, soit près d’un euro de plus que le prix maximum observé en 2019. Au moment du premier confinement, en avril 2020, les producteurs avaient pourtant eu peur de voir leurs productions boudées. Reflets de ces inquiétudes, les cours avaient même perdu 0,50 euros juste avant Pâques.

Juste avant les fêtes pascales de 2020, ils sont cependant repartis à la hausse, pour ne plus retomber. Une dynamique qui, selon les experts, s’expliquait par une offre faible liée à des importations en retrait, et des efforts consentis par la grande distribution pour mettre en avant les produits nationaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Reprendre une ferme pas à pas
Pierre Guetté s’est installé en plusieurs étapes, avec un premier atelier volailles en charge, avant de reprendre l’atelier bovin…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
Publicité