Aller au contenu principal
Font Size

L’engouement des consommateurs pour le beurre Charentes-Poitou n’emballe pas le marché

Les volumes de beurre AOP Charentes-Poitou restent stables ces dernières années. Le léger développement est tiré par l’export. Pourtant, la demande des consommateurs est à la qualité.

L’AOP Charentes-Poitou relance sa communication grand public. Lors du tour du Poitou-Charentes, la célèbre petite vache exposait les couleurs de la marque dans la caravane publicitaire.
L’AOP Charentes-Poitou relance sa communication grand public. Lors du tour du Poitou-Charentes, la célèbre petite vache exposait les couleurs de la marque dans la caravane publicitaire.
© Charentes-Poitou

Les produits locaux ont le vent en poupe. Acheter ce qui est produit près de chez soi n’est pas encore le sport national français mais pourrait le devenir, à en croire les experts. Citoyen, le consommateur aime l’idée que ses achats soutiennent l’économie locale. En recherche de sécurité, il accorde davantage sa confiance aux produits locaux qui plus est marqués d’un signe officiel de qualité. Cette demande a créé ces dernières années un appel d’air favorable au développement des magasins de producteurs. À la ferme ou dans les zones commerciales, les épiceries de produits locaux se sont multipliées.


Viande, légumes, fruits, confitures ou autres produits laitiers marquetés aux couleurs des Deux-Sèvres ou de la région y seraient promis à un bel avenir. Dans les faits, les choses ne vont pas aussi vite. Ce qui sonne comme une évidence dans les mots, concrètement, ne l’est pas toujours. Les chiffres de la plus vieille appellation d’origine contrôlée beurrière de France en témoignent. Le beurre Charentes-Poitou, dont l’AOP avait été construite, peu avant 1980, sur les procédés de fabrication industrielle, valorisait 26 367 tonnes de matière en 2016. Un chiffre stable (24 909 tonnes en 2015 ; 27 736 en 2014). « En deçà du potentiel de la région », regrette toutefois Christophe Limoges, responsable de la commission communication de l’AOP.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité