Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

L'entraînement dans la foulée du travail des champs

Plutôt que d'attendre que son associé vienne le chercher sur les chantiers, Dominique Contré fait le choix de rentrer en courant. À 57 ans, ce passionné de course à pied organise son quotidien d'agriculteur pour satisfaire ses besoins d'entraînement.

Les Jeux olympiques ouvrent ce vendredi. Dominique Contré agriculteur passionné de sport, gardera une oreille attentive aux records, particulièrement sur les longues distances.
Les Jeux olympiques ouvrent ce vendredi. Dominique Contré agriculteur passionné de sport, gardera une oreille attentive aux records, particulièrement sur les longues distances.
© C.P.

Organiser les Foulées Briouxaises en plein coeur des moissons ; s'entraîner jusqu'à quatre fois par semaine, y compris lors de la période des ensilages, partir chaque année à l'étranger pour plusieurs jours... Lorsque l'on est agriculteur, ce rythme peut soulever la controverse. Dominique Contré s'en fait l'écho. Quelques confrères ont parfois du mal à comprendre. Mais pour l'agriculteur sportif, « si le coeur y est, on trouve le temps ».
À 57 ans, addict de la course à pied, Dominique aménage son temps pour satisfaire aux besoins de l'exploitation et à l'exigence qu'impose son programme d'entraînement de marathonien. À la manière des agriculteurs pompiers dont Jacques, son frère et associé, était encore membre il y a peu, ou encore des exploitants qui s'engagent dans les responsabilités professionnelles, il s'organise pour trouver le temps de courir. « Au terme d'une journée autour des animaux ou d'un chantier de cultures, même fatigué, j'ai besoin de sortir. Courir permet de se refaire. Ce n'est pas la même fatigue que celle générée par les tâches de la ferme. Et puis quand on court, on ne pense à rien. On s'évade, on prend du recul ». Une posture qui amène de la sérénité, estime le chef d'entreprise dont l'outil est depuis quelques années déjà en vitesse de croisière.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 5 août 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un magasin à la ferme pour faire Coop chez vous
Les 12 et 13 juin, Mickaël et Pascale Boudier vont inaugurer La Gâtinelle, leur magasin à la ferme, à Gourgé. Fruit d’un…
Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Publicité