Aller au contenu principal

Poitou-Charentes
L’éolien n’a plus le vent en poupe

Les élus des conseils départementaux de l’ex Poitou-Charentes font front commun pour mettre un frein au développement de l’éolien, très présent sur le territoire.

Les quatre présidents des conseils départementaux de l’ex Poitou-Charentes demandent la création d’un schéma départemental dédié à la question.
© Alexandre Veschini

Zéro. C’est le nombre d’éoliennes que l’on trouve dans toute la moitié sud de la Nouvelle-Aquitaine. En revanche, que ce soit dans la Vienne, en Charente-Maritime, dans les Deux-Sèvres ou en Charente, il ne se passe pas une semaine sans qu’un nouveau dossier ne soit en projet. Les présidents des quatre départements de l’ex Poitou-Charentes s’unissent pour demander « la mise en place d’un schéma départemental de l’éolien co-construit au sein d’une instance de concertation dédiée ».

Les représentants des quatre départements insistent sur ce point. Ce n’est pas contre l’énergie éolienne qu’ils protestent mais contre son implantation massive. Ils rappellent ainsi que le territoire de l’ex Poitou-Charentes produit 91 % de l’énergie éolienne de la région avec 1 197 structures (308 en Deux-Sèvres, voir le schéma sur le site Internet) et que la région doit encore multiplier par quatre sa production d’ici 2030 et par huit d’ici 2050. Pour Lionel Quillet, premier vice-président du conseil départemental de Charente-Maritime, « nous allons vers l’excès ». Et pourtant, le président charentais François Bonneau précise qu’il n’y a « aucune éolienne au sud de Bordeaux. Il n’est pas question de dénoncer qui que ce soit mais de comprendre que, pour notre région, ça commence à faire beaucoup », insiste-t-il.

La solution proposée : des règles du jeu plus claires dès le départ. « Un schéma aura l’avantage de permettre davantage de discussions quand il sera question de permis, de PLU, de respect du patrimoine… », estime Bruno Belin, président du département de la Vienne. Les élus dénoncent également les pratiques préalables aux installations. « Les démarches commerciales feraient frémir n’importe quel citoyen. On ne nous vend pas des aspirateurs mais des éoliennes dont le démantèlement n’est pas assuré, et certainement pas avec les 50 000 euros prévus dans les contrats », reprend Lionel Quillet. Et l’hyperconcentration d’éoliennes est à surveiller. « Il est beaucoup plus facile d’en installer là où elles sont déjà présentes. Quitte à détériorer un site, 20 de plus, ça ne change pas grand-chose », déplorent-ils d’une même voix.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité