Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Viande bovine
Les actions syndicales vont continuer dans les grandes surfaces

Sur un an les pertes s’élèvent à plus de 150 euros par animal. Les éleveurs ont prévu de manifester dans des grandes surfaces à Bordeaux, ce 30 mai.

Pour Thierry Bernier et Yoann Baudouin, les grandes surfaces ne peuvent pas impunément continuer à augmenter leurs prix alors que le décrochage à la production se poursuit depuis un an.
Pour Thierry Bernier et Yoann Baudouin, les grandes surfaces ne peuvent pas impunément continuer à augmenter leurs prix alors que le décrochage à la production se poursuit depuis un an.
© G. R.

«Les prix à la production doivent impérativement augmenter pour restaurer la rentabilité de notre activité », déclarait mardi soir Thierry Bernier, président de la section bovine de la Fnsea 79. Trois semaines après les premières actions visant des grandes surfaces du département, les producteurs étaient invités à faire un point sur la conjoncture et à envisager les suites de l’action syndicales du 9 mai.« Depuis septembre, par paliers de 3 à 4 centimes, les prix à la production décrochent. Ce qui représente maintenant une perte de 150 € à 200 € par vache et par JB, surtout charolais, mais les autres races suivent le mouvement », déplore-t-il. Depuis quelques semaines, le prix plafonne à 3,80 € du kilo, alors que selon les études de l’Institut de l’élevage, « il faudrait qu’il se situe au minimum à 5 € pour que les éleveurs puissent vivre et investir », rappelle Thierry Bernier.Si en Pologne, en Turquie et en Allemagne, les mesures prises par les autorités ne favorisent pas un équilibre entre offre et demande en faveur des producteurs, en France, les syndicalistes pointent du doigt les abattoirs qui tournent au mieux à 70% de leur capacité. « Il y a trop d’outils d’abattage qui répercutent leurs coûts sur un volume trop faible. Et ce sont les éleveurs qui trinquent… », déplorent les éleveurs.Aînés et jeunes agriculteurs ont décidé de poursuivre leurs actions. Ce vendredi 30 mai, les éleveurs des régions Poitou-Charentes, Limousin et grand Sud Ouest iront demander des explications aux dirigeants des grandes surfaces de la région bordelaise. Ils leur reprochent, comme à leurs confrères des Deux-Sèvres, d’avoir augmenté leurs prix de 2% à 5% depuis le début de l’année, augmentant encore l’écart avec la production et la consommation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Les Marchés de Producteurs de Pays maintenus 

La chambre d’agriculture a souhaité maintenir les Marchés de Producteurs de Pays de l’été pour compenser le manque à gagner…

Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Publicité