Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

LES AGRICULTEURS FACE À L’AMIANTE

Après un dégât de grêle en Charente, certains ont été obligés de désamianter les toitures détériorées.

De nombreuses réunions ont été organisées avec les services
de l’État, et notamment la préfète de Charente Marie Lajus,
sur la question sensible du désamiantage.
De nombreuses réunions ont été organisées avec les services
de l’État, et notamment la préfète de Charente Marie Lajus,
sur la question sensible du désamiantage.
© nc

Le 4 juillet dernier, en Charente, un orage de grêle, particulièrement dévastateur, a causé d’importants dégâts aux toitures. 10 000 mètres carrés de toitures auraient été perforés. Les dégâts sont très variables : de quelques mètres à plusieurs centaines de mètres carrés de couverture.

Ici ou ailleurs, dans un tel contexte, l’amiante, présente sur de nombreuses couvertures, pose problème. Ce matériau ne doit être manipulé que sous certaines conditions arrêtées par une réglementation très stricte. Les agriculteurs ont obligation de faire appel à des professionnels pour réaliser les travaux de nettoyage et de rénovation. « Pour désamianter une toiture en fibrociment – dépôt des tôles, transport, traitement des déchets – il faut compter autour de 20 € du m2 », observe Christophe Béalu, technicien bâtiment à la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres.

Pour une intervention plus large, comprenant la dépose de structures murales, la facture, bien entendu, sera supérieure. Parce que le risque est grand de voir les agriculteurs manipuler eux-mêmes l’amiante, les organisations professionnelles agricoles insistent sur les risques sanitaires encourus. Elles recommandent à chaque exploitant de prendre contact avec les entreprises compétentes et en capacité de retraiter les matériaux.

 

ALEXANDRE VESCHINI
LA VIE CHARENTAISE

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Agriculture de conservation, Deux-Sèvres.
La plante nourrit les animaux, les racines le sol
Noam Cornuault organisera sur son exploitation, à l’automne, avec la chambre d’agriculture, un rendez-vous des couverts. Il…
Record de vente de béliers rouge de l’Ouest
106 reproducteurs rouge de l’Ouest ont été vendus, à la station de contrôle individuelle de Saint-Hilaire-du Bois.
Heurts et malheurs du vivre-ensemble
Chartes des riverains et de bon voisinage : les travaux sont engagés pour fixer les règles dans l’espace rural. Si les…
Publicité