Aller au contenu principal

Ovins-Caprins
Les aides PAC aussi conditionnées aux notifications de mouvements

Encore trop d'éleveurs se font épingler pour défaut de notification de mouvement. À chaque fois qu'un animal entre dans l'élevage ou en sort, l'éleveur doit s'assurer que le mouvement a été enregistré par un organisme habilité.

Sur les dix derniers mois, 296 troupeaux de plus de dix brebis reproductrices n'ont notifié aucun mouvement d'animaux, recense-t-on à l'Assel. Or, l'enregistrement des entrées et des sorties d'animaux vivants sur l'exploitation compte parmi les règles de conditionnalité qui s'imposent aux agriculteurs percevant les aides PAC. A l'occasion d'un contrôle, les agents de l'Etat croisent les données consignées dans la banque de données nationales d'identification (Bdni) avec celles archivées sur le registre d'élevage de l'exploitation. La régularité des déclarations sera ainsi appréciée. En cas de défaut, l'exploitant prend le risque de sanctions pouvant aller de 1% à 3% du montant des primes PAC qu'il perçoit. Une pénalité dont chacun, informé et rigoureux, peut se préserver, explique Jacques Ingremeau, éleveur et administrateur à l'Association de services aux éleveurs.

Lire la suite en page 5 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
La pétition reste ouverte pour complément d’enquête
Le collectif BNM a défendu devant la commission PETI un examen approfondi du dossier des réserves.
Publicité