Aller au contenu principal

FCO
Les animaux deux-sévriens interdits à Surgères

Au 25 septembre 2008, 16 103 cas de FCO sérotype 8 étaient confirmés en France où l’ensemble des départements continentaux est classé en Zone Réglementée 8 : ZR 8. Parallèlement, 1 494 cas FCO sérotype 1 ont été recensés confirmant le classement de 18 départements du Sud-Ouest en Zone Réglementée 1 : ZR1 et donc par recoupement en ZR1-8. En Charente et en Charente Maritime, même si aucun cas de sérotype 1 n’a été détecté à ce jour, ces départements font parti des 18 qui sont censés faire barrage à la progression du virus. Concrètement la France est coupée en deux zones : ZR8 et ZR1-8 soumises à des règles de circulation des animaux. Ainsi, pour introduire des bovins de la ZR 1-8 vers la ZR 8, une vaccination contre le sérotype 1 réalisée depuis plus de 60 jours est nécessaire avant tout mouvement. Pour réduire ce délai, une recherche virologique, 29 jours après la vaccination, est possible. En revanche pour les mouvements au sein de la ZR 8 une simple désinsectisation préalable des animaux suffit. Enfin, la participation d’animaux de la ZR8 à des concours situés en ZR1-8 est interdite. Ainsi, en l’état actuel, les animaux deux-sévriens ne pourront participer au concours de Surgères les 4 et 5 octobre prochains. Situés en limite des deux zones, les foyers identifiés en Deux-Sèvres doivent obligatoirement être typés 1 ou 8 . Aujourd’hui, 340 foyers ont été confirmés et 91 sont en attente de confirmation. Les délais de confirmation et de typage devraient être raccourcis avec l’habilitation la semaine dernière du laboratoire départemental : le LASAT. Pour le groupement de défense sanitaire chargé d’instruire les dossiers mortalité et d’aides aux traitements des animaux malades de FCO, les premières impressions sur l’impact de la maladie sont les suivantes : forte mortalité et maladie en ovin ; quelques mortalités, beaucoup d’avortements et maladies en bovins ; pas ou peu d’impact en caprin. L’effet protecteur du vaccin est également indéniable pour le GDS qui continue à encourager les éleveurs à vacciner le plus tôt possible : il serait risqué de croire que l’impact de la maladie se cantonne aux symptômes observés depuis août. En effet, de nombreux témoignages venus d’éleveurs de l’Est relatent des effets dramatiques sur la fécondité et les mises-bas suivant le passage du virus : vaches vides, taureau stérile, avortements et malformations. Aujourd’hui, le vaccin contre le sérotype 8 est disponible en Deux-Sèvres et il est interdit de vacciner contre le sérotype 1. Même si le ministre de l’agriculture annonce une vaccination obligatoire contre les deux sérotypes, elle ne pourra être effective avant le début de l’année 2009, faute, encore une fois de disponibilité des vaccins. Les gestations n’attendront pas ! Ghislain Audusseau, GDS 79, Chambre d’agricultureZoom sur : - L’appel à la vaccination Lors de leur dernier comité technique FCO, le GDS, les vétérinaires et la Direction des services vétérinaires étaient unanimes : il faut continuer à vacciner ! En ovin : les résultats de la vaccination sont indiscutables même si elle est réalisée alors que la maladie circule dans le troupeau En bovin : l’effet protecteur est également indéniable. C’est pourquoi il faut protéger le plus tôt possible les futures gestations et les animaux eux-mêmes. Cependant, en milieu circulant avec des vaches à terme dans le mois, le report du vaccin après les vêlages peut être envisagé. En caprin : la vaccination n’a pas le même caractère d’urgence vu l’absence de foyer en Deux-Sèvres. L’éradication ne se fera cependant pas sans leur vaccination. - Lutte conte la FCO L’État mobilise 120 millions d’euros en 2008. Michel Barnier a annoncé que ces efforts seront prolongés en 2009, tant pour la vaccination des animaux que pour l’indemnisation des exploitants, mais sans pouvoir définir un budget dès à présent. Cependant, 13,7 millions d’euros ont été affectés à la connaissance de l’épizootie et à la commande de vaccins. Selon le projet de budget de l'agriculture et de la pêche pour 2009-2011 : en 2009 « les professionnels devraient participer par leurs contributions interprofessionnelles au financement des vaccins et de la vaccination pour le sérotype 8 ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité